Cinq questions sur cette technique pour transformer son diesel en hybride rechargeable

La société provençale Solution F propose de transformer des véhicules thermiques "en hybrides rechargeables" pour permettre aux anciens véhicules Diesels de circuler en Zone à Faible Emission (ZFE).

Cette solution innovante de transition permettra aux anciens véhicules thermiques gros pollueurs de circuler dans les villes où des ZFE sont mises en place, comme à Marseille ou Nice. La société Solution F installée à Venelles dans les Bouches-du-Rhône a mis au point ce système "d'hybridation". France 3 Provence-Alpes répond à cinq questions sur cette technique qui transforme sa voiture diesel en hybride rechargeable.

  • Comment ça marche ? 

Il faut une journée pour transformer sa voiture thermique en "hybride rechargeable.  Le véhicule pourra circuler en "full électrique" sur le moteur électrique en régime urbain tout en gardant sa capacité à rouler à 130 km/h sur l'autoroute avec son autonomie de 600 km.  

"La transformation consiste à venir électrifier, hybrider le véhicule, on retrouve le moteur thermique, le moteur diesel d'origine qui reste sur le véhicule et on vient ajouter un moteur électrique et un système de transmission, tout cet ensemble vient remplacer la boite à vitesse et permet de rendre le véhicule hybride rechargeable," explique Vincent Lallemand, directeur de Solution F à nos journliastes Nathalie Ramirez et Valérie Bour.

Comme sur tous les véhicules électriques, une prise est installée pour recharger la batterie. Elle permet de venir se charger sur une prise domestique pour recharger le véhicule en sept à huit heures. Elle a aussi un chargeur embarqué, sur une borne de recharge il permet de recharger le véhicule en trois heures.

La batterie d'environ 80 kilos, installée dans le coffre, proposera une autonomie de 70 km. "La batterie, c'est une batterie plancher qui est très plate, détaille Cédric Loubiat, directeur général GCK batteries.

"C'est une batterie française qui sera conçue et fabriquée à Clermont-Ferrand, la nuance c'est qu'à l'intérieur elle utilise des éléments électro-chimiques, qui sont à l'heure actuelle principalement sourcés en Asie, mais il y a des gigafactory qui sont construites en train d'être construites en Europe, notamment dans le nord de la France et on espère bien pouvoir y mettre des éléments français de façon à ce que ce soitr une batterie 100% française", ajoute-t-il. 

  • Qu'est-ce que ça change au niveau de la conduite ?

Le véhicule est automatisé. La boite de vitesse manuelle est remplacée par une boite automatique. "On se retrouve avec un véhicule qui n'a plus de pédale d'embrayage, le levier de vitesse permet de passer en marche avant, marche arrière, l'afficheur permet de gérer les nouvelles fonctions d'électrification du véhicule, et ce véhicule se conduit comme un véhicule automatique", précise Vincent Lallemand. 

    • Combien ça coûte ? 

    Le coût de l'installation pour l'automobiliste se chiffre entre 7000 à 7500 euros, ramené à environ 5000 euros avec les aides de l'Etat, qui sont en cours de discussion, selon Eric Boudot, président de GCK, propriétaire de Solution F.

    Les distributeurs devraient aussi faire un geste avec une "proposition de financement permettant d'arriver à 100 euros par mois pendant 48 mois, parce que les 100 euros par mois ça correspond grosso modo à l'économie de carburant effectuée par l'utilisation quotidienne du véhicule en mode électrique. 

    • Est-ce adaptable à tous les véhicules ? 

    "C'est un dispositif qui s'adapte à tous les véhicules", note Eric Boudot, président de GCK, propriétaire de Solution F. 

    "On a fait un choix de lancer très rapidement un dispositif sur les voitures à traction, donc à motorisation avant, et de sélectionner les Crit'air 3, donc toute la gammes de voitures qui sont de 2006 à 2010, qui les plus polluantes et les premières concernées par les ZFE, puisque ce sont Crit'air 3 qui sont interdits." 

    Le dispositif se veut une solution pour permettre aux voitures un peu vieilles de revenir en ville, comme une solution plus accessible que l'achat d'un nouverau véhicule.

    "C'est une solution de transition, transition longue probablement d'ailleurs, pour permettre à toute la population d'avoir à un moment donné l'accès aux centres-villes, avec l'arrivée des ZFE, qui seront imposées dans de nombreuses villes", selon Eric Boudot. 

    • Quand cette technologie sera-t-elle disponible ? 

    Selon son concepteur, cette nouvelle technologie qui permettra à des Crit'air 3 de devenir Crit'air 1 pourrait être utilisable d'ici 1 an, le temps d'obtenir l'homologation du dispositif.