DIRECT. Démission de Michèle Rubirola : Martine Vassal (LR) exprime sa "stupéfaction" face à une affaire "très grave"

Michèle Rubirola a annoncé sa démission de ses fonctions de maire de Marseille mardi 15 décembre lors d'une conférence de presse. Elle souhaite inverser les rôles avec son premier adjoint, Benoît Payan.

Michèle Rubirola lors de l'annonce de sa démission.
Michèle Rubirola lors de l'annonce de sa démission. © NICOLAS TUCAT / AFP

Un mandat éclair pour Michèle Rubirola. La maire de Marseille, élue en juillet, a annoncé sa démission mardi 15 décembre à la mairie centrale de Marseille lors d'une conférence de presse. Cette décision fait suite à une réunion de crise du Printemps marseillais quelques heures plus tôt. Elle souhaite "une inversion des rôles" : son premier adjoint, Benoît Payan, prendrait sa place et elle deviendrait première adjointe. Selon France Bleu, le vote pourrait avoir lieu lors du dernier conseil municipal de l'année, le 21 décembre. Suivez toutes les infos et réactions en direct sur France 3.

>> Cliquez ici pour mettre à jour cet article et accéder aux dernières informations

REPLAY. Revivez la conférence de presse de Michèle Rubirola 

18h42 : Martine Vassal (LR) exprime sa "stupéfaction"

18h32 : Renaud Muselier pas convaincu par l'avenir de Michèle Rubirola en tant que première adjointe

La maire de Marseille a annoncé sa volonté d'échanger son poste avec son premier adjoint Benoit Payan, en raison de son état de santé. Une solution qui ne convainc pas Renaud Muselier. "J'espère qu'elle est en bonne santé mais elle ne peut pas être première adjointe si elle n'est pas à 100% concentrée, a expliqué le président LR de la région à Francer 3. Donc là, on est dans une démarche politique qui ne correspond en rien à ce qui nous a été annoncé pendant la campagne."

18h14: Une démission qui pose des questions

Pourquoi Michèle Rubirola a-t-elle démissionné ? Que va-t-il se passer maintenant ? Qui peut succéder à Michèle Rubirola ? France 3 répond à cinq questions qui se posent après cette décision surprise de la maire de Marseille

18h01 : Stéphane Ravier (RN) veut de nouvelles élections

Le sénateur marseillais réitère sa volonté dans un communiqué publié sur Twitter d'organiser de nouvelles élections après la démission de Michèle Rubirola

17h55 : Les discussions sont lancées pour la succession de Michèle Rubirola

Jean-Marc Coppola et Olivia Fortin viennent d’annoncer "que l’ensemble des 44 élus du groupe Printemps marseillais" soutient la démarche de la maire de Marseille. "Des discussions ont eu lieu avec Samia Ghali", précise ce dernier à La Provence. Le groupe Marseille en avant et ses 9 élus avaient rejoint le Printemps marseillais pendant le conseil municipal d’élection du maire.

17h22 : Réaction de Bruno Gilles, sénateur des Bouches-du-Rhône

17h15 : La 4e adjointe au maire exprime sa fierté

"Je suis fière, bluffée par le cran de cette femme", affirme Olivia Fortin, adjointe à la mairie de Marseille après l'annonce de Michèle Rubirola. Après l'annonce de la démission de Michèle Rubirola, l'une de ses adjointes Olivia Fortin s'est exprimée. "C'est une page qui se tourne, on ne s'y attendait pas du tout. Au nom de l'intérêt général, elle laisse sa place et c'est très rare dans le monde politique. Je suis fière, bluffée par le cran de cette femme".

17h06 : Le Printemps Marseillais : "Nous soutenons unanimement sa volonté de voir Benoît Payan dès demain continuer de porter notre projet et notre collectif à la mairie"

16h58 : "Plein de sincérité, de cohérence portant l’idée même du sens collectif propre au #printempsmarseillais", indique sur les réseaux sociaux François-Michel Lambert, député écologiste des Bouches du Rhône.

16h53 : "Michèle Rubirola est la première victime du Printemps Marseillais", réagit Renaud Muselier, le président de la région SUD.

16h28 : fin de la conférence de presse de Michèle Rubirola.

16h26 : "Avec Benoît (Payan, ndlr) nous sommes un binôme. Il est temps que le binôme s'inverse."

16h23 : "J'ai pris la décision de quitter mes fonctions de maire de Marseille."

"J’ai connu avant l’été des premières difficultés liées à ma santé. Ses épreuves limitent l’énergie que je peux mobiliser. Elles contraignent le temps que je peux consacrer à mes missions. Être maire à Marseille c’est donner 300%, j’en donne 150".

"C'est le choix d'une femme libre", déclare Michèle Rubirola.

16h18 : "Depuis 1945, marseille n’a jamais été aussi près de sombrer."

16h15 : début de la conférence de presse de Michèle Rubirola. Suivez le live-tweet de notre journaliste sur place : 

15h49 : réaction de Thomas Faure, secrétaire général des Jeunes UDI en Vaucluse :

15h28 : Marine Pustorino, conseillère municipale DVD dénonce "une honte, une mascarade incroyable, un mensonge impardonnable".

15h22 : "Si Rubirola a estimé en son âme et conscience être plus utile sans être Cheffe à plumes, c'est heureux !", réagit Ayda Hadizadeh, élue à Saint-Ouen.

15h05 : La maire de Marseille Michèle Rubirola va démissionner pour raisons "de santé", confirme Julien Bayou, le secrétaire national du parti Europe Écologie Les Verts  à l'AFP. 

14h50 : "C'est une élection qui est est volée aux Marseillais", commente la député LREM Claire Pitollat sur BFMTV qui dénonce un "hold-up". "La gauche s'est associée à l'extrême gauche dans un calcul électoral. (...) Il faut repasser par les urnes." 

14h36 : "Arrêtons de penser qu’il y a des magouilles. Pensons que la politique peut fonctionner différemment", déclare le député écolo François-Michel Lambert sur BFMTV. "Michèle Rubirola incarne cet esprit commun du Printemps marseillais. (...) C’était ça son idée, le collectif. Sa personne n’est pas importante. Elle a d’autres valeurs. (…) C'est quelqu'un qui a le sens de donner pour les autres. Elle est dans un situation personnelle difficile et je pense qu’elle pense à elle en soutenant le collectif du Printemps marseillais"

14h30 : Stéphane Ravier sur BFMTV : "Il n'a jamais été question que Mme Rubirola soit maire. C'est un arrangement, c'est le plan qui était prévu, on a menti aux Marseillais."

14h28 : "Présentez un projet radicalement démocratique et Sophie Camard pour le porter"

13h55 : "Marseille ne cessera jamais de nous étonner", réagit "Le Doc", sur Twitter.

13h50 : "La démission de Michèle Rubirola si elle est confirmée est un déni de démocratie", réagit la députée LREM Claire Pitollat sur Twitter.

13h50 : "On ne se demandait pas si Michèle Rubirola voulait démissionner, mais quand elle allait le faire", réagit la député LREM Alexandra Louis sur franceinfo. 

13h42 : un juriste marseillais s'insurge sur Twitter. "Nous avons voté Michèle Rubirola en juin dernier. Personne d'autre n'est légitime de la remplacer. Trahir la confiance de vos électeurs sera considérée comme une faute IMPARDONNABLE, avec toutes les conséquences d'une telle trahison !"

"Comme beaucoup de personnes ayant voté Printemps marseillais, nous n'avions aucune intention de voter PS", explique Samir Bajjali dans un thread.

13h42 : "Vous m'avez volé ma voix", réagit sur Twitter Kevin Vacher, militant du Collectif du 5 novembre. 

13h30 : réaction d'Éric Diard, député LR des Bouches-du-Rhône

"Je ne suis pas surpris. Elle a eu des problèmes de santé, a-t-il déclaré sur BFTMTV. Elle savait rassembler, elle a su rassembler le Printemps marseillais".

13h25 : "Cette élection municipale 2020 est décidément l’escroquerie du siècle" : réagit Cédric Dudieuzere, conseiller municipal et métropolitain RN.

13h12 : réaction de Hassen Hammou, ex-candidat à la primaire pour le parti Les Républicains. 

12h57 : "J'en appelle aux urnes", témoigne le sénateur RN Stéphane Ravier sur Franceinfo. "Rubirola n'est déjà plus là. Le Printemps s'est moqué des Marseillais en leur vendant cette candidature sortie de nulle part (...) Cette liste du Printemps marseillais a menti dès le départ. Ils ont élu Michèle Rubirola pour se cacher derrière".

"Les Marseillais ont été floués. Ce que je propose c'est qu'il n'y ait pas d'arrangements de parti, mais un retour aux urnes car ça demande une véritable clarification"

12h45 : réaction de Bruno Gilles

12h30 : réaction de Jean-Marc Coppola 

L'adjoint en charge de la culture, Jean-Marc Coppola, a confirmé qu'il participait à cette réunion de crise sans confirmer l'information : "J’ai vu Michèle dernièrement pour parler culture, à l’heure où je vous parle Michèle est toujours maire de Marseille. Je ne commente pas les rumeurs"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique