Famille agressée lors du match Nantes-OM : on vous résume en 4 actes cette affaire qui choque le monde du foot

Une famille de supporters de l'OM a été prise à partie lors du match Nantes-OM, vendredi soir. Le père a fait un malaise cardiaque et a dû être hospitalisé.

Une violence qui n'a pas sa place dans les gradins d'un stade de foot. Une famille de supporters de l'Olympique de Marseille s'est fait violemment prendre à partie par des Ultras nantais, vendredi 1er septembre, lors de la 4e journée de Ligue 1 opposant Nantes à l'OM à la Beaujoire. Le père a fait un malaise cardiaque en s'interposant et a dû être hospitalisé.

Cette affaire rappelle l'agression en juin de Kenzo, un jeune enfant malade supporter de l'OM et sa famille, par des fans d'Ajaccio lors d'un match de Ligue 1 au stade François Coty. Trois supporters du club corse ont comparu devant le tribunal d'Ajaccio fin août pour cette agression et ils connaîtront leurs sentences le 8 septembre.

France 3 Provence-Alpes vous résume en quatr actes cette polémique autour de l'agression à Nantes. 

Acte 1 : une famille est agressée dans les tribunes après un but de l'OM

Ce vendredi 1er septembre, un couple de Rennais vient à Nantes assister au match de Ligue 1 avec leur fils qui porte le maillot de l'OM, dont ils sont supporters. La famille, originaire de Donges (Loire-Atlantique), est assise en tribune Océane, réputée calme, mais proche des grillages de celle de Loire, où siègent les Ultras nantais.

Lorsque les Olympiens marquent le premier but à la 4ᵉ minute de la rencontre, la famille se retrouve prise pour cible par des supporters canaris. Le père s'interpose pour protéger son fils de 6 ans. Avant la mi-temps, l'homme de 39 ans fait deux malaises cardiaques. Il est évacué en ambulance sur l'hôpital Laennec, où il est admis en soins intensifs, rapporte France Bleu.

Au moment de l'agression, il n'y a pas de stadiers déployés le long des grilles de la tribune Loire, ils ne le seront qu'au début de la seconde période selon l'AFP. Charline Martin-Méfort, journaliste à France Télévisions, présente dans les tribunes tout près de la famille, décrit "une soirée cauchemardesque. Malgré nos alertes, aucun stadier n’a daigné se déplacer, jusqu’à ce que le drame arrive pour cette famille".

Acte 2 : la mère de famille pointe du doigt l'attitude des stadiers 

Samedi 2 septembre, la femme de la victime décrit la scène sur les réseaux sociaux. "Hier était le 1ᵉʳ match de mon fils de 6 ans à La Beaujoire et tout ne s'est pas correctement déroulé. Notre tort : être supporter de l'OM et l'avoir laissé porter son maillot pour le match. Nous avons été agressés durant le match : crachats, insultes, bières jetées au visage", raconte Alicia Mahé dans un tweet. 

"Mon mari en voulant défendre sa famille à fait infarctus dans la tribune. Et là encore, certains idiots de la tribune Loire n'ont eu aucun respect : selfies devant l'ambulance, insultes encore...", poursuit-elle.

Alicia Mahé dénonce également l'attitude des stadiers en affirmant qu'ils ne sont pas intervenus : "Mon fils de 6 ans a vécu son 1er match dans un stade français où son père a failli mourir en défendant sa famille. Merci aux stadiers incompétents qui n'ont rien fait car ce n'était pas leur tribune !!"

"Infarctus. 2 arrêts ... Il est difficilement reparti mais il est vivant", précise-t-elle encore remerciant les urgentistes qui lui ont sauvé la vie.Alicia a confié à France Bleu par téléphone, que la famille n'envisage pas pour le moment de porter plainte. 

Acte 3 : Nantes et l'OM condamnent, la ministre des Sports réagit

Le FC Nantes réagit, dimanche 3 septembre, pour "condamner avec la plus grande fermeté les violences inacceptables commises contre une famille supporter de l'OM lors du match Nantes-Marseille samedi soir. Le club cherche à entrer en contact avec la famille pour lui assurer sa plus grande solidarité." L'OM, de son côté, "condamne fermement ces agissements intolérables", témoignant "son soutien et sa solidarité" à la famille.

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a réagi sur X en apportant son soutien à "la famille brutalement agressée à Nantes pour avoir simplement soutenu son club".

Acte 4 : la Ligue de football professionnel va se saisir du dossier

Cette agression est aussi dans le viseur de la LFP. La Ligue de football professionnel a annoncé de son côté, lundi 4 septembre, que la commission de discipline va se saisir du dossier, a appris franceinfo, confirmant une information de L'Equipe.

"C'est inadmissible", a déclaré lundi, Pablo Longoria, au cours de la conférence de presse de présentation de Bamo Meïté, à la commanderie. Il a ajouté que le club s'est "mis en contact avec la famille" et "souhaite, dans l'avenir, les inviter."

Le directeur de la sécurité du FC Nantes s'est présenté lundi "au commissariat pour déposer plainte" au nom du club, a affirmé le procureur de la République de Nantes Renaud Gaudeul, en fin d'après-midi. Celui-ci "ne précise pas le motif juridique de sa plainte et celle-ci n'est pas
formée contre personne(s) dénommée(s)", a-t-il ajouté.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Nantes pour violences volontaires en réunion, avec usage ou menace d'une arme,dans une enceinte sportive. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité