Flamme olympique à Marseille : grève des éboueurs et poubelles qui débordent... La Métropole demande la réquisition des agents grévistes

Plus sur le thème : Plus sur le thème :

La grève des éboueurs de Marseille, commencée le 30 avril dans les 4e et 5e arrondissement de Marseille s'étend maintenant à presque tous les secteurs de la ville. Elle pourrait se poursuivre les 8 et 9 mai, lors de l'arrivée de la flamme olympique. La métropole a demandé au préfet de réquisitionner les agents grévistes.

Ce dimanche 5 mai à Marseille, les poubelles débordent. Qu'en sera-t-il dans trois jours, quand la flamme olympique sillonnera la ville, avec, dans le public, environ 150 000 personnes ? Pour l'heure, le mouvement de grève des éboueurs a davantage tendance à prendre de l'ampleur qu'à s'atténuer.

Débuté le 30 avril dans les 4e et 5e arrondissements de Marseille, il touche désormais tous les secteurs de la collecte, sauf les 1er et 7e arrondissement, selon la CGT.

Combien y a-t-il de grévistes ? "Aucune idée", assure Véronique Dolot, coordinatrice des sections collecte et propreté métropolitaine à la CGT. "La CGT vote à main levée, justifie-t-elle. Les équipes tournent régulièrement, il y a des contractuels", les comptes sont difficiles. Mais dans certains secteurs, elle l'assure, on dénombre au moins 70% de grévistes, des agents "excédés", pas nécessairement liés à un syndicat.

"Moins bien traités que les poubelles qu'ils ramassent"

Le 9 avril, la CGT, syndicat qui n'est pas majoritaire à la Métropole, avait déposé un préavis de grève illimitée auprès de la Métropole d'Aix-Marseille, en charge de la collecte des ordures. Les agents dénoncent de mauvaises conditions de travail, des locaux parfois insalubres, une métropole qui, certaines fois, oublie de leur commander des vêtements de sécurité, des inégalités salariales… "Des agents moins biens traités que les poubelles qu'ils ramassent", insiste Véronique Dolot.

 

Mais ce qui a mis le feu aux poudres, c'est la réorganisation de la collecte dans plusieurs arrondissements de Marseille, mise en place début mars. Assurant que les habitants produisent moins de déchets ménagers, notamment avec le déploiement du compostage, les élus de la Métropole ont décidé de réduire la fréquence des collectes dans certains secteurs.

Un préavis de grève illimitée

 "Les agents passent à côté de conteneurs pleins, qu'ils n'ont pas le droit de ramasser", assure Véronique Dolot. Avant de déposer leur préavis, les éboueurs avaient déjà alerté sur cette situation, dans un courrier adressé au préfet des Bouches-du-Rhône.

On n'arrive pas en temps normal à rendre la ville salubre, qu'est-ce que ça va être quand il y aura 150 000 visiteurs ?

Véronique Dolot, CGT

Les agents de collecte des déchets l'assurent, ils n'ont rencontré aucun élu métropolitain depuis le début de la grève. "Le préavis a été déposé le 9 avril. Nous avons été reçus une semaine après par la direction qui n'a rien fait. C'est elle qui a déclenché la grève, pas la CGT. Nous ne pensions pas devoir aller jusque-là", s'indigne Véronique Dolot.

La métropole en quête de solutions

À la métropole, Jean-Yves Sayag, conseiller délégué à la propreté trouve "un peu désolant" ce mouvement social, à quelques jours de célébrations publiques. "Ils ont des revendications que je ne commenterai pas, mais en tout cas nous à la métropole, on essaie de trouver des solutions pour pallier à ce manque de nettoyage qui va avoir lieu ces jours à venir."

Réquisition des agents

Ce dimanche 5 mai, dans un communiqué, la métropole a annoncé dans un communiqué qu'elle avait demandé au Préfet de réquisitionner les agents de collecte. Elle dit s'être "montrée à l'écoute [des grévistes] et leur a tendu la main à de multiples reprises pour retrouver le chemin du dialogue et celui de la reprise du travail. En vain."

"La Métropole a donc sollicité l’appui des forces de l’ordre pour mettre un terme à d’éventuelles pratiques illégales liées à ce mouvement de grève : barrages sur la voie publique et troubles à l’ordre public", poursuit le communiqué.

"On n'a toujours pas été reçus et ils doivent dépenser un fric de dingue pour envoyer des gens du privé ramasser à notre place", répond Véronique Dolot, qui dénonce une "entrave à la grève".

Interrogé par La Provence et La Tribune Dimanche sur les mouvements sociaux qui pourraient intervenir pendant la tenue des Jeux olympiques, le président de la République Emmanuel Macron s'est montré confiant : "Ça va se régler", a-t-il déclaré. "Il y a toujours des personnes pour utiliser ces moments-là mais j’ai confiance dans le pays, notamment parce que nos forces syndicales ont l’esprit de responsabilité." 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité