Jean Castex à Marseille : situation dans les écoles, "l'Etat est là"

Publié le Mis à jour le

En visite de deux jours à Marseille, Jean Castex a réaffirmé la volonté de l'Etat de venir en aide financièrement dans le cadre du plan "Marseille en Grand' et notamment sur le "plan école" initié par la ville concernant les 174 écoles prioritaires.

 Après la visite d'une école dans le 3e arrondissement de Marseille, avec Benoît Payan, le maire socialiste de Marseille, Jean Castex est revenu sur l'aide de l'Etat apporté pour la rénovation des écoles marseillaises.

Benoît Payan a rappelé que le plan école de la ville comprend "la totale rénovation" de 174 écoles, dont 30 écoles dans le 3e arrondissement de Marseille", un des plus pauvres d'Europe.

En tout ce sont près de "105 millions d'euros" qui seront investis pour ces "30 écoles" qui concernent "5000 élèves" a souligné le maire de Marseille.

 "l'Etat est là", a affirmé Jean Castex.

"l'Etat tient ses engagements, exprimé par le président de la République, lorsqu'il a annoncé le plan "Marseille en grand", le président a fixé un certain nombre d'orientations". 

" Je le dis devant vous, ces écoles sont dans une situation particulièrement défavorable, la réalité est là", a ajouté le Premier ministre

"Cette situation toute à fait exceptionnelle justifie l'intervention de l'Etat", a précisé Jean Castex.

174 écoles sur 472 doivent être rénovées totalement

"Nous nous sommes accordés sur les montants, nous avons inscrit, 254 millions dans le projet de loi de finances de 2022, tout comme la garantie d'emprunt de  650 millions et 400 millions de soutien de l'Etat. Il faut démarrer de façon énergique, visible pour les parents et les enseignants, c'est impératif" a martelé le Premier ministre.

M. Castex a fait cette annonce mardi matin à l'école Ahmed-Litim, cette école d'un quartier très populaire de la cité phocéenne anciennement appelée école Bugeaud, un officier français ayant exercé en Algérie, et tout récemment rebaptisée du nom d'un tirailleur algérien.

Le Premier ministre et le maire de Marseille ont également acté mardi la création d'une société publique locale d'aménagement d'intérêt national (SPLAI-N) détenue à parts égales par la ville et l'Etat, qui sera chargée de piloter ce programme de rénovation et de veiller à sa bonne exécution.