Logements insalubres à Marseille : ces marchands de sommeil qui se font de l'argent facile

© France 3 Provence Alpes
© France 3 Provence Alpes

Quatre mois après l'effondrement d'immeubles vétustes à Marseille, la question du logement insalubre est toujours au coeur de l'actualité dans la cité. Complément d’enquête a remonté la piste de "marchands de sommeil" qui font de largent facile sur le dos de leurs locataires. 
 

Par Annie Vergnenegre

Deux immeubles tombés comme des châteaux de cartes, huit morts, des dizaines d'arrêtés de péril imminent pris en urgence et des centaines de locataires chassés de leur logement, l'onde de choc de la catastrophe de la rue d'Aubagne n'en finit pas secouer Marseille.

Pendant deux mois, le magazine Complément d’enquête a pisté les propriétaires de logements insalubres, au profil parfois étonnant. Comme ce boulanger, interrogé en caméra caché. A l'écouter, c'est tout juste s'il ne fait pas du social en permettant à des locataires précaires de se loger.

"Les gens viennent ici, pourquoi ? Parce que quand ils vont voir un autre appartement, c'est quatre fiches de paie, trois garants et tu te demandes si tu ne trouves pas de travail si tu peux garder ton appartement", justifie sans état d'âmes le commerçant marseillais. Ils viennent ici parce que c'est le quartier le plus pauvre d'Europe".

500 euros pour 15 m2... insalubre

Noailles, 1er arrondissement de Marseille. Un quartier très pauvre et des loyers pourtant exhorbitants pour de véritables taudis. Les bailleurs indélicats sont des commerçants, des chefs d’entreprise mais aussi des notables, révèle Complément d’enquête. Elus à la mairie, à la métropole ou à la région, ils n’hésiteraient pas à abuser de la faiblesse de leurs locataires pour s’enrichir.

Le témoignage de Jenifer est édifiant. La jeune femme occupe un 15 m2 pour lequel elle paie 500 euros de loyer mensuel. En façade rien de choquant. A l'intérieur, des murs couverts de moisissure et des installations électriques non conformes. Sous l'évier, c'est le tableau électrique qui est installé à quelques centimètres de la bonde d'évacuation...
Complément d’enquête, logement insalubre à Marseille

#Enquête Logements insalubres à Marseille : ces marchands de sommeil qui se font de l'argent facile. + d'infos 👉 : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouch...

Publiée par France 3 Provence-Alpes sur Mardi 9 avril 2019

Mal-logement, des élus au coeur du scandale

Au-delà de ces graves problèmes de sécurité et d'hygiène, il y a plus choquant encore. Le propriétaire est un adjoint de la ville de Marseille et le studio loué et initialement un garage pour deux roues, dont la destination immobilière a été changée. Pour l'avocat de la jeune femme, il n'y a aucun doute, le conseiller municipal est hors la loi.

"Cette autorisation a été obtenu le 4 juillet 2018 d’un autre adjoint au maire... à non, du maire lui-même,carrément!", indique l'avocate.

"Ça veut dire que quand il loue à Mlle Mbon, il loue un garage à deux roues. En fait il a joué avec la loi, il a joué avec le feu et aujourd’hui il en paye les conséquences. (...) On est dans un contexte à Marseille où le mal logement existe et tout élu doit être absolument irréprochable".

A Marseille, cinq élus ont été épinglés ces derniers mois. Malgré leur mise en cause, certains occupent toujours leurs fonctions dans leur collectivité. 

Le reportage de Mathieu Robert sera diffusée dans le cadre de Complément d'Enquête "Les nouveaux profiteurs de l'immobilier", jeudi 11 avril à 22h50 sur France 2.

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus