• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : rencontre avec Arnaud Jerald, champion du monde d'apnée

© Arnaud Jerald
© Arnaud Jerald

A seulement 23 ans, le marseillais Arnaud Jerald a battu le record du monde d'apnée à poids constant bi-palmes en descendant à -108 mètres. Portrait d'un jeune sportif hors du commun, qui affirme que l'apnée lui a permis de respirer...

Par Ludovic Moreau

Le 20 mai dernier, au large de Charm el-Cheikh en Egypte, malgré le vent et les vagues, Arnaud Jerald a battu le record du monde à poids constant bi-palmes.

A seulement 23 ans, il est descendu à -108 mètres et remonté uniquement par la force musculaire, après avoir retenu sa respiration pendant 3 minutes et 19 secondes. Arnaud Jerald retrouve la surface sous les applaudissements.

"Sur le coup, quand tout le monde applaudit sur la zone de compétition, j'étais content, mais c'était trop fort. C'est seulement maintenant, avec les amis et la famille que je commence à profiter pleinement de mon record", confie Arnaud.

A la pointe du quartier des Goudes, à l'endroit même où il a découvert l'apnée, à l'âge de 7 ans, en pratiquant la chasse sous-marine avec son père, le jeune champion livre ses sentiments. 
Aranud Jerald vient de descendre à 108 mètres de profondeur.
Aranud Jerald vient de descendre à 108 mètres de profondeur.

L'apnéiste marseillais reconnaît que sa discipline a un côté mystique, chargée d'imaginaire, la plupart du temps inspirée du film de Luc Besson, "Le Grand Bleu".

"Il faut sortir des étoiles, des énergies et du yoga; pour moi, l'apnée, c'est plus une rencontre avec soi-même, un moment où on coupe tout ce qui se passe avec le monde extérieur".

L'apnée, c'est 70 % dans la tête.

"Quand on voit un apnéiste, il paraît zen, mais à l'intérieur de sa tête, ce n'est pas du tout zen parce qu'il doit se motiver, se convaincre de réussir".

Il faut être zen et en même temps concentré pour être accepté par la mer et aller à cette profondeur.

Pour expliquer sa performance malgré ses 23 ans, Arnaud Jerald revient sur son enfance. Il a eu beaucoup de difficultés scolaires. Dyslexique, dyspraxique, ses rendez-vous quotidiens avec les psychologues, les orthophonistes l'on fait grandir plus vite que les autres enfants.

"Quand j'ai commencé l'apnée, je n'avais plus le regard des autres, mais je me retrouvais en tête-à-tête avec moi-même et je pouvais me faire confiance".

Finalement c'est en faisant de l'apnée que j'ai commencé à respirer.

A quoi pense Arnaud Jerald lors de sa descente ?

Assis sur la plateforme, quelques secondes avant l'immersion, le corps se détend et la concentration est extrême, mais une fois dans le monde du silence que se passe-t-il dans la tête d'Arnaud ?

"Il y a beaucoup de choses qui se passe dans ma tête. Je pense à ma famille, à mes amis, mais toujours avec un fil conducteur, j'aime bien écouter du jazz et particulièrement Ibrahim Maalouf, parce que c'est une musique qui détend et qui m'accompagne pendant la descente".

"Mais vers 50 ou 60 mètres, j'ai une voix qui me dit "mais qu'est-ce que je fais là ? et c'est là qu'il faut être fort, avoir des amis qui vous soutiennent, il faut aller au-delà, avec ses tripes, avec son coeur", ajoute le champion.
 
Arnaud Jerald a de nouveau rendez-vous avec la compétition dans quelques mois. Les prochains Championnats du monde se dérouleront en France, à Nice, du 2 au 15 septembre 2019.
 
Rencontre avec Arnaud Jerald, champion du monde d'apnée
Equipe : Mélanie Frey, Elodie Peypin

A lire aussi

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus