Nuit des musées 2024 : les 10 expériences à vivre à Marseille, Aix, Avignon, Gap et partout en Provence-Alpes

L'édition 2024 de la nuit des musées se déroule ce samedi 18 mai. L'occasion de découvrir les lieux culturels de la région sous d'autres facettes, entre 18h et minuit. Retrouvez les coups de coeur de la rédaction en Provence-Alpes.

Des musées comme vous ne les avez jamais vus. C'est la promesse annuelle de la nuit des musées, partout en France. Pour cette édition 2024, le Préau des Accoules à Marseille, le musée du Pavillon de Vendôme à Aix-en-provence ou encore le muséum de Gap proposent des visites inédites. Spoiler alert : il y aura du sport, et de la nourriture. 

Le Musée d'Histoire de Marseille en mode Jeux Olympiques 

Quelques jours après avoir réuni plus de 200 000 personnes pour l'arrivée de la flamme olympique, Marseille continue de parler sport, pour la nuit des musées. De l'art, de l'histoire, et du sport réunis autour d'un atelier participatif. À l'aide de tampons, les visiteurs pourront reproduire les silhouettes de sportifs, mais aussi de sculptures ou de peintures exposées. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paris2024 (@paris2024)

En atelier, une fresque participative sera créée grâce à des tampons qui permettront aux visiteurs de  reproduire des silhouettes de sportifs, de sculptures et de peintures extraites des reproductions d’œuvres exposées. Des personnages historiques visibles sur les toiles des musées de Marseille prendront ainsi vie à travers ces tampons, ayant l'air d'être en mouvement.

Les ateliers auront lieu à 19 heures, 20h30 et 22h30, la réservation est obligatoire, par téléphone ou par mail : 04 91 55 36 00 / musee-histoire@marseille.fr 

Pour ceux qui ne sont pas adeptes des tampons et autres fresques, des visites commentées de l'exposition : "Comment mettre en mouvement les œuvres du musée ?" sont proposées. Une plongée dans l'histoire du développement du sport à Marseille depuis la salle du jeu de paume rue Thubaneau au XVIIe siècle jusqu’à la fresque de Zidane sur la Corniche au XXe siècle.

Découvrir un gros bouclier grec au Vieux-Port

Il a parcouru tout le littoral de la région Paca, avant d'arriver à Marseille. Cette reproduction archéologique d'un bouclier antique "terres d'héritages" est officiellement remise au Musée d'Archélologie Méditerranéenne de Marseille et entre dans l’exposition temporaire "Pentathlon antique, Pentathlon 2024". 

Avant de partir dans l'aventure, le club Sômaskia, qui a porté le projet, a levé des fonds, afin de pouvoir se parer du matériel nécessaire. Du 30 avril au 5 mai, ce bouclier a été transmis de main en main à travers une course de relais. Des coureurs sportifs locaux et nationaux se sont succédé sur un parcours long de 282,2 km, depuis le Trophée d'Auguste de La Turbie, jusqu'au Vieux-Port de Marseille, traversant des sites historiques et culturels d'intérêt. Cette dernière étape est ouverte à tous, gratuite, et à 19 heures, pour environ 30 minutes.

Prendre la plume dans les Hautes-Alpes

Au musée départemental des Hautes-Alpes à Gap, chacun pourra prendre sa plus belle écriture, et plonger dans des correspondances parfois oubliées. Celles des lettres. Adressées à un destinataire mystère, "elles transiteront par le réseau postal avant de revenir au musée où elles seront présentées pendant le mois de juin".

Faire son enveloppe, choisir les mots avec soin, trouver comment s'adresser à son interlocuteur. Pour les aficionados de la série des Chroniques de Bridgerton, pourquoi pas raconter les dessous de vies fantasmées d'un autre temps. Ou tout simplement, ses dernières vacances, ou encore le plat raté de dimanche dernier. À qui voudra bien lire votre prose.

"L'être et la lettre", c'est ainsi que se nomme l'exposition pensée et réalisée par Jean-Noël László. Cette animation aura lieu avec la comédienne et metteuse en scène Cécile Brochoire de la Compagnie Chabraque et le plasticien Christophe Galleron, pour mettre en exergue le travail de l'artiste et permettre à tous les curieux de s'essayer à l'écriture.

C'est entre 18h30 à 21 heures, gratuit, sur réservation par téléphone ou directement sur le site internet du musée  

Qui a tué le Duc à Aix-en-Provence ? 

Une enquête confiée à tous les participants qui voudront bien accepter la mission de l'inspecteur Roy. À l'entrée du jardin du Pavillon de Vendôme, à Aix-en-Provence, un panneau explique tous les détails pour pouvoir partir en connaissance de cause, à la tombée de la nuit. Munis de vos flashs ou lampes torches, il faudra faire preuve de malice et d'instinct pour retrouver le meurtrier. 

Dans le parc, un mapping sera également projeté, réalisé par l'école supérieure d'art d'Aix-en-Provence sur la façade du pavillon. Là aussi, c'est à la nuit tombée que l'édifice révélera ses plus beaux atouts, entre 21h20 et 23h30, début de la dernière représentation. 

Habillés de peinture au musée Granet 

Un art qui habille de peinture, et donne l'illusion de voir des vêtements qui n'existent pas. L'école de maquillage professionnel Sophie Lecomte présentera toute la soirée, au musée Granet, du body painting. Chaque réalisation s'inspire des collections du musée. Faisant des corps humains de véritables œuvres, qui pourraient se fondre parfaitement dans les salles d'exposition. 

Des couches de peintures, des heures de maquillage et de concentration seront nécessaires pour créer la plus belle harmonie. L'entrée est libre.

L'Asie donne l'eau à la bouche au Château Borély

Le Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode de Marseille, au Château Borély brise les fantasmes autour de l'Asie. 

Laura Albrier, du studio Millefeuilles allie l'art du dessin avec la cuisine, dimanche 19 mai. Après un tour rapide de l'exposition, chacun pourra réaliser son propre dessin d'un plat typique, en 3 dimensions. Un "pop-up" qui fera sortir des nouilles chinoises de votre carte après ouverture. 

Et si vous appreniez à faire vos propres onigiris ? Une quinzaine d'inscrits profiteront d'un atelier culinaire autour de ce mets asiatique, que l'on retrouve désormais dans beaucoup de magasins alimentaires. 

En forme de triangle, c'est une boulette de riz qui renferme différentes préparations. Originaire du Japon, ce plat "c'est comme un petit sandwich que l'on prépare avec les restes de riz dans l'autocuiseur. Du thon, de la mayonnaise, et on en fait quelque chose à manger facilement, qui se transporte" explique Laura Albrier. Son entreprise, Studio Millefeuilles est spécialisée dans le design culinaire. Elle organise des ateliers tant pour les entreprises privées que pour des musées.  

Dimanche 19 mai, un banquet (complet) est organisé autour de la cuisine asiatique. Apportant un soin autant à la décoration de table, qu'à la présentation des plats. Les convives dégusteront leurs réalisations à partir de 12h30.

L'art au féminin dans les collections Marseillaises 

Le Préau des Accoules rend hommage aux femmes artistes. Marre de ne lire que des noms d'homme sur les fiches des œuvres dans les musées ? L'art n'a jamais été réservé aux hommes, mais bien souvent, l'histoire n'a retenu que les profils masculins, et effacé les noms de ces femmes artistes.

Certaines ont marqué les esprits et sont aujourd'hui étendards d'une vision féministe, comme Frida Kahlo. Mais elles sont bien plus nombreuses à être restées dans l'ombre. L'exposition "Elles ! Femmes artistes dans les collections des musées de Marseille" met en majuscule le "e" d’"artiste" et expose la diversité de leurs productions.

Femmes, ne serait-il pas grand temps qu’il se fît aussi parmi nous une révolution ? Les femmes seront-elles toujours isolées les unes des autres, et ne feront-elles jamais corps avec la société, que pour médire de leur sexe et faire pitié à l’autre ?

Olympe de Gouges (1791)

"Laure Garcin, Louise Nevelson, Germaine Richier, Maria Helena Vieiria da Silva, Geneviève Asse, Niki de Saint Phalle, Fatima Haddad dit Baya, Atsuko Tanaka, Judith Bartolani, Ghada Amer et Marie Bovo ..." elles viennent du monde entier et ont parfois été maîtresses de leur art. Baya, peintre Algérienne, Germaine Richier, sculptrice Française,  

Une histoire, aussi, de la sororité et des liens entre les femmes artistes, et de la représentation des corps. Les collections présentées sont issues des Musées de Marseille et du Fonds Communal d’Art Contemporain. L'entrée est gratuite.

Le CV de Picasso ou encore Fréderic Mistral à Avignon

C'est au Palais du Roure, à Avignon qu'a lieu ce jeu qui mêle culture et insertion professionnelle. Si Picasso ou encore Jeanne de Flandreysy se téléportaient en 2024 et devaient répondre à une offre d’emploi ? Les participants à l'activité, en collaboration avec des structures d’insertion professionnelle d’Avignon (Insercall, Cité de l’emploi et Passerelle), ont eu pour mission d'aider ces candidats d'un autre temps à réaliser leurs curriculum vitæ. Le tout pour coller à des offres d'emploi de notre époque. 

De 19 heures à 22h30, les CV seront présentés à côté des portraits (tableaux ou dessins) de chacun d’entre eux. Une manière de découvrir autrement les artistes. L'entrée est gratuite, sous réserve des places disponibles. 

Le voyage à travers l'exil et l'art à Digne

Le musée Gassendi de Dignes-les-Bains se pare de plusieurs performances et autres concerts, spectacles ou lectures. Un rendez-vous a attiré l'attention de la rédaction. C'est le travail de l'artiste artiste franco iranienne, Golnaz Payani. À travers son travail du textile elle met en exergue son expérience de l'exil, et celui de deux autres femmes. Des "voyageuses à leur manière", Alexandra David-Neel et Krishnā Riboud, collectionneuse franco indienne d’étoffes orientales.

"En associant texte et textile, Golnaz Payani rend hommage à la célèbre exploratrice et à l’esprit du voyage, synonyme de liberté" détaille le site internet du musée. L’exposition est possible grâce au prêt de pièces issues des collections du Musée national des arts asiatiques - Guimet. 

Retour vers le Moyen Âge à Mane

Le Musée de Salagon, à Mane, dans les Alpes-de-Haute-Provence, propose un marché de nuit autour des pratiques du Moyen Âge. Soins, cosmétique, alimentation, de quoi faire un bond dans le passé et se représenter la vie telle qu'elle était à l'époque. Différents métiers d'artisans, parfois disparus aujourd'hui, reprendront vie. C'est à partir de 20h, l'accès est libre

La soirée se poursuit avec un ciné-concert. Pour, cette fois-ci, découvrir le quotidien d'un berger à travers une transhumance "audiovisuelle, sonore et musicale". De quoi éveiller tous les sens, et se plonger dans un métier qui traverse les époques. 

    L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    choisir une région
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité