Témoignage. "Ils se sentent rejetés" : Trecy, bénévole aux Restos du cœur, veut redonner le sourire aux bénéficiaires

Publié le Écrit par Sidonie Canetto et Alban Poitevin

Alors que la 39e campagne des restos du cœur a débuté mardi 21 novembre, en pleine inflation et avec toujours plus de demandes, les bénévoles gardent le sourire. C'est le cas de Trecy Massandy, bénévole à Marseille depuis deux ans.

"J'adore les gens". Trecy est bénévole aux Restos du coeurs depuis deux ans. Alors que le coup d'envoi de la 39e campagne de l'association a été donné ce mardi 21 novembre, France 3 Provence-Alpes l'a rencontrée. Avec l'inflation, en plus de réduire leurs portions, cette année les Restos du Cœur sont obligés de refuser des gens, alors que la précarité alimentaire continue d'augmenter. Mais la jeune femme garde le cap, avec le sourire. 

Des bénévoles motivés

Sur l'île Maurice où elle est née, Trecy s'investissait déjà dans des associations. Il y a deux ans, elle rejoint les Restos du cœur de Marseille. Avec beaucoup d'enthousiasme. 

"Moi j'adore les gens. C'est important je pense parce que des fois ils se sentent rejetés par la société, et moi j'essaye d'effacer ça de leur mémoire, avec un joli sourire, et leur tenir les mains", explique la jeune femme en riant, "heureusement qu'il n'y a plus le Covid".

La principale activité en matière d’aide alimentaire est la distribution de paniers-repas équilibrés à cuisiner chez soi. L’aide alimentaire n’est pas seulement une réponse au problème de nutrition mais une occasion d’échanger, de créer du lien social dans un cadre convivial. Une attitude qui séduit les bénéficiaires mais aussi les autres bénévoles. Comme Tina sa responsable qui a su profiter de la chance d'avoir la jeune fille dans l'équipe. "Trecy, elle apporte beaucoup parce qu'elle est d'une grande gentillesse. Quand on a moins de travail à l'accueil, elle fait le service, avec son beau sourire", nous explique Tina Bush, bénévole et responsable de centre.

Recruter encore 

Être bénévole aux Restos du Cœur, c’est s’engager à rendre un service désintéressé aux personnes en difficulté. Une trentaine de personnes animent ce centre marseillais. Les jeunes se font rares, Trecy veut les inciter à venir.

"Je les encourage parce que ce n’est pas que pour aider les gens. Psychologiquement parlant, cela aide beaucoup. Par exemple, moi qui suis loin de ma famille, moi ça m'aide vraiment beaucoup". Comme une très grande deuxième famille, parce qu'ici, ce sont 1200 personnes qui bénéficient de l'aide des Restos du cœur. Et qui lui rendent bien son engagement. "Quand les gens étaient en difficulté, et qu'ils reviennent pour dire un petit merci, pour tout ce que vous avez fait pour nous, et qu'aujourd'hui ils ont trouvé du travail, qu'ils s'en sortent, cela me fait trop plaisir. C'est mieux qu'un salaire, beaucoup mieux qu'un salaire", résume la jeune femme. Trecy vit de petits boulots, elle espère bien trouver un emploi stable. Mais elle l'assure, elle continuera de s'investir aux Restos du coeur plusieurs fois par semaine.

Encore faut-il que l'association puisse continuer à exister.

Une crise sans précédent

En 2022 et 2023, les Restos du cœur ont distribué 171 millions de repas, soit près de 30 millions supplémentaires, et accueilli 1,3 million de personnes, soit 200 000 de plus que l’an dernier. Près de la moitié des personnes accueillies a moins de 25 ans.

Selon l'étude de leur Observatoire, 60 % des familles vivent avec la moitié du seuil de pauvreté, soit 551 euros.

Il existe aux Restos du cœur depuis sa création, des critères d’éligibilité à l’aide alimentaire. "Face à cette situation intenable pour les Restos, aussi bien financièrement que pour nos équipes bénévoles sursollicitées, nous avons effectivement pris des mesures pour garantir la pérennité de notre aide. Nous avons réduit le montant du barème d’hiver, qui était déjà assez restrictif, et réduit la dotation en repas accordée", indique le président des Restos du Coeur, Patrice Douret.

Un avenir incertain

Au bord de l'effondrement, les Restos avaient lancé un appel en septembre : il leur manquait 35 millions d'euros pour terminer l'exercice à l'équilibre. "Notre appel a été entendu, il y a eu un élan de générosité exceptionnel", a souligné le président de l'association.

Le gouvernement a accordé 10 millions d'euros supplémentaires aux Restos qui assurent 35% de l'aide alimentaire en France. La famille de Bernard Arnault, propriétaire du numéro un mondial du luxe LVMH, a offert 10 millions d'euros. Le reste de la somme est provenu de dons d'entreprises et de particuliers.
La survie de cette association emblématique est-elle à présent assurée ? "Je ne sais pas", répond prudemment son président. "Nous avons vraiment besoin de continuer à être soutenus".

La réponse dépendra évidemment de la solidité des finances de la structure car 60% des dons qu'elle perçoit sont habituellement effectués entre novembre et décembre. "Les Français pourront-ils encore donner en cette fin d'année? Les dons reçus en septembre provenaient-ils de nouvelles personnes ou s'agissait-il de dons de nos soutiens habituels qui ne pourront pas forcément renouveler leur geste en fin d'année ?", questionne Patrice Douret.

Pour passer ce cap difficile, les Restos du Coeur demandent notamment au gouvernement de mettre en place un "plan d'urgence alimentaire en portant le budget dédié aux associations d'aide alimentaire à 200 millions d'euros, contre autour de 150 aujourd'hui", indique un communiqué de l'association.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité