Comment la ministre de la Culture compte transformer Marseille en capitale méditerranéenne du cinéma

Un plan de 22,5 millions d'euros a été signé lundi, entre l'Etat et les collectivités territoriales de Marseille pour permettre à la ville d'investir dans l'audiovisuel et le septième art.

La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak était en visite, hier, lundi 9 janvier 2023 à Marseille dans le cadre du plan "Marseille en grand" voulu par le président Emmanuel Macron. À cette occasion, l'État et les collectivités territoriales ont signé un accord concernant le développement du cinéma et de l'audiovisuel dans la cité phocéenne.

Comment la ministre de la Culture veut faire pour transformer Marseille en capitale méditerranéenne du cinéma

  • En débloquant une aide de 22,5 millions d'euros

Le montant total de cet investissement s'élève à 22,5 millions d'euros sur les trois prochaines années. Ceci doit permettre de développer des infrastructures qui donneront l'opportunité à Marseille de devenir un grand pôle cinématographique.

"L'idée est de faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma et du tournage", a lancé la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak lors de la signature d'un protocole entre l'État, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), la ville et la métropole Aix-Marseille-Provence.

  • En s'appuyant sur une ville très "filmée"

Marseille est la deuxième ville de France à être la plus filmée après Paris, avec 1 200 jours de tournage par an. En 2021, la cité phocéenne a accueilli les équipes du film Stillwater avec Matt Damon et de BAC Nord qui a cumulé plus de 2 millions d'entrées. 

Et en 2020, 385 tournages se sont déroulés à Marseille. Les tournages ont fait appel à 6 630 figurants marseillais, 639 comédiens marseillais et 1.812 techniciens marseillais.

Le département compte aussi l'un des plus grands studio de tournage en Europe à Martigues avec le Provence Studio et ses 22 hectares de superficie.


  • En lançant quatre grands projets culturels

Ce plan doit financer quatre projets culturels dont la création de l'Ecole Cinéfabrique Marseille qui vise à ouvrir les métiers du cinéma et de l'audiovisuel à la diversité et à la mixité sociale, via une formation entièrement gratuite en 3 ans. Mais aussi la création d’une base logistique provisoire de tournages conséquentes. Au programme; il y a aussi, la modernisation du Pôle Média de la Belle de Mai. Et pour finir, ce projet englobe la création d’une antenne de la Cinémathèque française qui proposera des projections, des actions culturelles et éducatives, ainsi que des expositions.

La présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille, Martine Vassal s'est également félicitée de cet accord à l'instar du président du conseil régional de la région Paca, Renaud Muselier et du maire de Marseille, Benoît Payan. 


D'ici le printemps, des projets pour de nouvelles infrastructures de tournage et de formation seront sélectionnés et financés afin de renforcer le maillage sur un territoire qui a connu en fin d'année 2022  l'arrêt de la série "Plus belle la vie", après 18 ans de présence.

Pour rappel, le projet "Marseille en grand" évoqué en septembre 2021 par le président de la République doit également se concentrer sur la rénovation des écoles et des logements. La sécurité et les transports sont au cœur du projet avec 1,5 milliard alloués à ce secteur.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité