VIDEO. Franky Zapata s'élance dans les airs avec sa première "voiture volante"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Joan

Quelques années après avoir traversé la Manche grâce à sa planche volante, l'inventeur Franky Zapata créé sa première voiture volante. Enfin, une monoplace appelée "JetRacer" inspirée du grand écran.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Combinaison et casque vissé sur le visage, Franky Zapata est assis sur un étrange fauteuil rouge, muni de quatre bras au bout desquels il y a des microturboréacteurs. Après quelques mouvements de commandes sur le joystick, l'engin volant s'élève haut dans le ciel et survole la mer. 

Après avoir volé sur l'eau et au dessus des Champs- Élysées en 2019 sur sa planche volante, le "Flyboard Air", Franky Zapata ne voulait pas s'arrêter là. Il vient de créer sa première voiture volante appelée "JetRacer", alimentée au kérosène. Directement inspirée de ses films préférés : " Le cinquième éléments", "Iron Man" et "Retour vers le Futur"... 

"C'est la formule 1 des airs"

Le «"JetRacer" est un engin volant propulsé par dix microréacteurs qui peuvent atteindre une vitesse de 250 km/h. " Cela fait quatre à cinq ans que je pense à cette invention, mais on travaille vraiment dessus de manière acharnée depuis trois ans. C'est un peu la Formule 1 des airs. Elle est conçue pour de petits déplacements rapides pas pour le quotidien ", raconte avec fierté Franky Zapata.

L'invention de l'homme volant se veut très facilement manœuvrable et sécurisée. "Avec mon Flyboard c'était impossible que les gens puissent essayer, c'est très physique et cela demande beaucoup d'entrainements. Alors que là, les gens pourront apprendre à piloter la voiture en l'espace de 20 minutes".

Un engin volant multifonction

Construit sur un châssis léger, l'engin volant peut s'adapter à différents besoins civils et ou militaires pour transporter des objets, faire de la surveillance et il peut même être piloté à distance, affirme son inventeur.

Le "JetRacer" pourrait par exemple être utilisé pour secourir des gens en montagne ou pour que les secours interviennent sur l'autoroute en cas d'accident. Il peut aller là où un hélicoptère ne peut pas forcément ", argumente Franky Zapata.

Une campagne d'essais de vols ouverte au public

Mais, le but pour Franky Zapata c'est aussi de réaliser "le rêve des gens", en leur proposant de tester sa voiture volante. "Dans les airs, ça n'a vraiment rien à voir avec le Flyboard Air, on est assis et on peut profiter de la vue et regarder autour, c'est un vrai sentiment de liberté, décrit -il. C'est un peu le tapis volant d'Aladin".

Une cinquantaine de personnes, tirée au sort, pourront tester la machine volante d'ici la fin de l'année aux Etats-Unis. Pour tenter de participer à cette sélection, il faut s'inscrire sur le site de Zapata.

Le "JetRacer" ne sera pas commercialisé auprès du public. Son prix de vente n'est pas encore connu. Mais Franky Zapata l'a annoncé, "d'ici la fin de l'année nous allons sortir d'autres styles de machines qui serviront elles à la mobilité des gens".

Une concurrence pour la voiture volante

Par la suite, il aimerait développer un engin monoplace hybride qui " consomme moins de carburant qu'une voiture roulante". Les Allemands Volocopter et Lilium, le Français Ascendance, le Chinois Ehang,
ou le Britannique Vertical Aerospace ont déjà développés leur propre modèle, avec des aéronefs électriques.

L'américain Wisk, soutenu par Boeing, a annoncé jeudi qu'il allait présenter sa 6e génération de "taxi aérien" au mois d'octobre. Supernal, filiale du coréen Hyundai, compte démarrer les tests de son prototype en 2023 et vise une commercialisation pour 2028, prévoyant un fort développement du marché dans les années 2030.