Trafic de drogue : on vous explique la guerre entre Yoda et DZ Mafia à Marseille, après l'arrestation de Félix Bingui

Depuis presqu'un an, les gangs marseillais DZ Mafia et Yoda se livrent une guerre de territoire sanglante dans les rues de Marseille et même hors de France, pour le contrôle des points de deal. On vous explique tout après l'arrestation du chef du clan Yoda, Félix Bingui.

L'arrestation de Félix Bingui, alias le Chat, chef du clan Yoda, vendredi 8 mars au Maroc, est un "grand coup" porté au narcobanditisme à Marseille, s'est félicité le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Pour autant, les policiers marseillais n'attendent pas d'accalmie sur le front des narchomicides liés à la guerre que se livrent Yoda et DZ Mafia pour le contrôle des points de deal dans le sud de la France.

France 3 Provence-Alpes vous explique comment est née cette guerre entre les deux clans.

Qui sont les deux chefs rivaux ?

Yoda tire son nom du personnage de la saga Star Wars.  A sa tête, Félix Bingui, "Féfé", "Le Chat", 33 ans, un Franco-centrafricain, né à Ales dans le Gard. Avant d'être l'un des plus gros narcotrafiquants de Marseille, il a fait ses gammes dans la criminalité.

"Il a commencé par des cambriolages, il a été interpellé une première fois pour un gros cambriolage à Montpellier et doucement, il a glissé vers le trafic de stupéfiants et les règlements de comptes", précise Bruno Bartocetti, de l'Unité SGP Police à France 3 Provence-Alpes.

Le sigle DZ Mafia fait référence aux personnes originaires d'Algérie. Son chef, c'est Mehdi Abdelatif Laribi dit "Tic". En mars 2017, à 26 ans, Laribi a été condamné aux assises de Draguignan avec son frère aîné Lamine, pour un triple assassinat à Marseille, le soir de Noël 2011. Il a écopé de 10 ans de prison.

Ce sont "deux coqs sur un tout petit territoire qui ont décidé à un moment donné de se livrer une guerre à fond, une guerre mortelle, une guerre d'égo aussi", résume Frédéric Ploquin, spécialiste du grand bandistisme sur RMC.

Comment a commencé cette guerre ?

En 2021, on comptait près de 160 points de deal dans la ville. Certains particulièrement lucratifs, pouvant générer jusqu'à 80 000 ou 100 000 euros par jour. La Paternelle, une cité du 14ᵉ arrondissement idéalement située à proximité de l'autoroute, aiguisait les appétits. A cette époque, Yoda et DZ mènaient respectivement leurs affaires et étaient alliés.

Mais en février 2023, ils "s'embrouillent" dans une boîte de nuit, à Phuket, en Thaïlande, à des milliers de kilomètres de la Paternelle. "Une bagarre à main nue, et Félix Bingui qui était plus costaud, a eu le dessus sur Tic, son concurrent, raconte Frédéric Ploquin. "Les deux groupes, qui travaillaient jusque-là en bonne intelligence, se sont entretués au nom de motifs futiles", explique pour sa part Rudy Manna, porte-parole national du syndicat Alliance Police, au Figaro.

A partir de là, les balles pleuvent et les victimes tombent sous les rafales de kalachnikov. La guerre ne se limite pas à Marseille. En mai 2023, deux membres de Yoda sont éliminés en Espagne. Huit mois après, 13 personnes sont interpellées. "Les mis en cause seraient affiliés à l'organisation criminelle marseillaise DZ Mafia", précise le procureur Nicolas Bessone à la presse le 20 janvier.

Se sachant recherchés par la police, les deux parrains ont pris le large pour diriger leur business à l'abri, depuis l'étranger. Félix Bingui s'était réfugié depuis le début de l'année au Maroc, où il a finalement été interpellé. Quant à Tic, personne ne sait où il se cache. "Il serait parti en Algérie selon les informations de la police", a indiqué Frédéric Ploquin à RMC. 

Après les nombreuses arrestations, les deux clans sont-ils affaiblis ?

Les opérations de police se sont multipliées à Marseille en 2023. La préfète de police en poste, Frédérique Camilleri, avait fait du pilonnage des points de deals sa priorité : 70 points ont été fermés. Des centaines d'armes ont été saisies : 740, dont 62 fusils d’assaut (+24 % par rapport à 2022).

Plus de 1800 trafiquants ont été arrêtés, dans le lot de nombreux DZ et Yoda, réduisant considérablement les effectifs des deux clans rivaux.

L'arrestation de Félix Bingui, vendredi à Casablanca, résultat de plusieurs mois d'enquête menée avec les autorités marocaines "un gros coup porté au réseau, mais ce n'est pas pour autant que les trafics de stupéfiants vont cesser, la DZ est très présente et elle continue à Marseille et dans la zone sud en général et ça va lui permettre de s'implanter encore un peu plus sur le territoire", avertit Bruno Bartocetti.

@france3paca Félix Bingui, chef présumé du clan Yoda, qui se livre à une guerre sanglante avec son concurrent DZ Mafia pour le contrôle des points de deal à Marseille, a été interpellé vendredi soir à Casablanca, au Maroc. #dzmafiavsyoda #yoda #dzmafia #marseille ♬ son original - France3Paca

Combien de morts a fait cette guerre ? 

Tuer pour se venger, tuer pour faire peur. Le conflit sanglant qui oppose les deux ans est responsable de 73 % des homicides à Marseille. Selon les comptes du procureur de la République, Nicolas Bessone, sur les 47 "narchomicides" recensés en 2023, "34 sont imputables à DZ Mafia et 24 à Yoda". 

Le 3 avril 2023, après une triple fusillade faisant trois morts et 13 blessés, la préfète de police Frédérique Camilleri avait confié sur franceinfo : je crains que la guerre entre trafiquants n'ait dégénèré en vendetta."

Les deux clans n'hésitent pas à faire appel à des tueurs à gage pour régler leurs comptes. Comme cette "machine à tuer" d'à peine 19 ans, mis en examen pour trois morts à Marseille en 2023 : deux adolescents de 15 et 16 ans dans le quartier de la Joliette et un Parisien de 20 ans, dans le quartier de la Paternelle

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité