Couvre-feu, vaccination, mesures sanitaires dans les écoles, ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Face à l'aggravation de la situation épidémiologique, le Premier ministre a annoncé que le couvre-feu est avancé à 18h sur tout le territoire français à partir de samedi pour au moins 15 jours. Il était déjà appliqué en Paca. D'autres mesures sont prises notamment dans les écoles.

Illustration - Conférence de presse du Premier ministre Jean Castex.
Illustration - Conférence de presse du Premier ministre Jean Castex. © Ludovic MARIN / POOL / AFP

Jean Castex a tenu ce jeudi sa désormais traditionnelle conférence de presse hebdomadaire, entouré du ministre de la Santé Olivier Véran et du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Il a présenté l’état de la situation sanitaire de le pays et annoncer les nouvelles mesures décidées après le conseil de défense sanitaire. 

Le Premier ministre qualifie la situation de l'épidémie de Covid-19 de "maîtrisée" mais "fragile", ce qui justifie les nouvelles restrictions imposées au moins pour la prochaine quainzaine. Ce qui n'exclut pas la possibilité d'un reconfinement en cas de "dégradation épidémique forte".

Comme attendu, le couvre-feu à 18h est généralisé sur tout le territoire français pour freiner la propagation du Covid-19 et du variant du virus "VOC 202012/01". Mis en place dès le 2 janvier dans les Alpes-maritimes et les Hautes-Alpes, il avait été élargi aux Bouches-du-Rhône, les Alpes-de-Haute-provence et le Vaucluse dimanche, et au Var ce mardi. 

"Plus aucun département ne présente un taux d’incidence à 7 jours inférieur à l’objectif de 50 pour 100 000 habitants. Si l’incidence reste plus élevée dans l’Est du pays, là où le couvre-feu anticipé s’applique déjà, c’est désormais dans l’Ouest de la France que la dynamique est la plus forte", a expliqué Jean Castex.

Cette mesure de couvre-feu avancée obéit à une logique de freinage préventive.

Le Premier ministre a annoncé un renforcement du protocole sanitaire dans les cantines scolaires. Jean-Michel Blanquer a qualifié les cantines scolaires de "maillon faible de l'organisation, puisque c'est le moment où on enlève les masques". Pour qu'il n'y ait "pas de brassage possible pendant le repas entre les classes. Les élèves d'une même classe mangeront tous les jours ensemble et à une même table".

Le gouvernement suspend également jusqu’à nouvel ordre les activités physiques et sportives scolaires et extrascolaires en intérieur. La mesure devrait s'appliquer "quelques semaines probablement".

Jean Castex veut par ailleurs augmenté la capacité de dépistage dans les établissements scolaires, avec un objectif de 300 000 tests par semaine, soit plus d’un million par mois.

Le ministre de l'Education nationale a annoncé qu'à partir de la semaine du 25 janvier serait autorisée la reprise par demi-groupe des travaux dirigés des élèves de 1ère année, puis si la situation sanitaire le permet, des étudiants des autres niveaux.

Après les plus de 75 ans, le gouvernement élargit la population éligible au vaccin dans le grand public. Dès le lundi 18 janvier, les personnes présentant certaines pathologies conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie pourront se faire vacciner, quel que soit leur âge.

Jean Castex a annoncer un durcissement des conditions d'entrée en France, et un renforce des contrôles aux frontières. Dès lundi tous les voyageurs en provenance de pays hors UE devront présenter un test négatif pour rentrer en France, a indiqué le Premier ministre.

Depuis le début de l'année, la circulation du virus est devenue beaucoup plus active dans les six départements de la région Paca. Les indicateurs de l'évolution de l'épidémie inquiètent les autorités. Partout, les taux d'incidence (nombre de cas positivent ramenés à 100.000 habitants) dépassent le seuil d'alerte maximale fixé par l'Etat à 250.

A Marseille, les marins-pompiers qui scrutent la concentration du virus dans les eaux usées, indiquent une présence moyenne à élevée sur une grande partie des quartiers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie coronavirus/covid-19 santé société