Confinement : "Nous ouvrirons le 1er décembre quoiqu'il arrive", annonce un collectif de commerçants des Hautes-Alpes

Restaurateur à Gap dans les Hautes-Alpes, Cédric Manzoni a décidé de lancer un collectif sur les réseaux sociaux le 14 novembre, à la suite aux annonces de Jean Castex. Il explique à France 3 pourquoi il a décidé de défier le gouvernement. 

Cédric Manzoni, restaurateur à gap a décider de creer un collectif de commerçants et restaurateurs contre les mesures de confinement du gouvernement.
Cédric Manzoni, restaurateur à gap a décider de creer un collectif de commerçants et restaurateurs contre les mesures de confinement du gouvernement. © Cédric Manzoni
"J'ai décidé d'ouvrir mon établissement comme d'autres commerçants le 1er décembre." Cédric Manzoni a décidé d'organiser la fronde contre le gouvernement et le confinement. Cet hôtelier-restaurateur à Gap a lancé Mouvement_commerçants05 sur Facebook pour afficher sa colère contre les fermetures des commerces et restaurants liées à l'épidémie de Covid-19. C'est "une page pour rassembler, se retrouver et dire non!", assure-t-il.
 
Cette première vidéo de quelques secondes est très vite devenue virale sur la toile. Quinze minutes après sa publication, près de 300 commentaires sont écrits. "Ensemble on est plus fort, et n'oubliez pas, on n'est pas des moutons !", déclare l'hôtelier-restaurateur basé à Gap.

Depuis le mouvement n'a cessé de prendre de l'ampleur autour de la page facebook Mouvement_commerçants05 et regroupe à présent plus de 1000 membres.

Cédric Manzoni, une figure de Gap

Cédric Manzoni se décrit comme un "ours gentil" mais le deuxième confinement a le don de l'exaspérer. Il ne supporte plus ce qu'il estime être un mépris de l'Etat pour les restaurateurs. "Nous avons été prévenus de la fermeture 24 heures avant, avec nos frigos pleins", explique-t-il à France 3. Ce Gapençais gère Les Olivades, un établissement qui fait hôtel 3 étoiles et restaurant gastronomique, dans la nature.

Cédric Manzoni est déjà connu à Gap. Il fait partie de la Chambre de commerce et d'industrie et de l'office de tourisme. De quoi rassurer certains professionnels. "Nous ne sommes pas les plus touchés dans cette histoire, notre hôtel est ouvert, on peut patienter. Mais on ne peut pas se laisser mourir", confie le chef d'entreprise.

"J'ai toujours fait ce qu'on m'a dit, on a tellement fait attention à nos clients... mais là, je n'en peux plus."

Cédric Manzoni


Lui-même touché par le virus au mois d'octobre, il a récupéré et le succès de son mouvement lui donne des forces. Le 1er décembre, si aucune négociation n'est entamée avec le gouvernement, les portes de certains artisans-commerçants-restaurateurs-hôteliers des Hautes-Alpes s'ouvriront "ça vaut le coup, de toute façon, on ne nous entend pas, autant faire quelque chose." 
 
Vendredi, un rassemblement est organisé à 10 heures sur le parvis de la cathédrale de Gap, "commerçants, artisans, CCI, UMIH, salles de spectacle, salles de sport, employeurs, employés, indépendants, saisonniers, professionnels des stations de ski... sont appellés à se rassembler pour défendre leur cause et sauver leurs entreprises, leurs emplois", explique Cédric Manzoni. Il recommande d'arborer un masque avec écrit NON "pour dire non à l'état, non à cette façon de faire", indique Cédric Manzoni.

D'après les informations du Point, les restaurants, bistrots, brasseries, bars et cafés resteraient fermés jusqu'au 15 janvier, voire au 1er février 2021, annonce le journal, selon une de ses sources proche du dossier en contact direct avec Bercy.

Coté commerçants, "la réouverture est plus une affaire de jours que de semaines", affirme Bruno Le Maire au Figaro. La date du 27 novembre est même envisagée du côté du ministre de l'Economie et espérée chez les commerçants.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie manifestation social mouvement social