Hautes-Alpes : des avalanches plus nombreuses et meurtrières en ce mois de décembre

Le début de la saison de ski a été marqué par des épisodes consécutifs d'avalanches. Trois skieurs, ensevelis par la neige, sont morts dans les montagnes des Alpes du Sud. Paul Marquis, expert météo, nous explique pourquoi ce phénomène est plus prononcé cette année.

Les épisodes d'avalanche s'enchaînent. Depuis le début de la saison, on peut déjà compter trois morts et six blessés.

Pour Paul Marquis, expert météo depuis les Hautes-Alpes, c'est du jamais-vu. "Il y a eu plus d'accidents en un mois qu'en trois mois l'an dernier", précise-t-il.

Épisodes consécutifs de neige et redoux

Ce jeudi, le risque d'avalanche est de 3 sur 5. Chaque jour, un bulletin de Météo France est publié, évaluant ainsi le risque d'avalanche. Depuis 15 jours, le niveau se trouve régulièrement entre 3 et 4, sur une échelle de 5, dans les Alpes du Sud. D'après la PGHM, soit les unités de montagne de la Gendarmerie nationale, le phénomène touche l'ensemble du massif.

Notre expert météo, Paul Marquis, revient sur ces avalanches et les épisodes consécutifs "de neige et redoux". "Il y a eu beaucoup de neige et de redoux. De ce fait, le manteau neigeux n'est pas stable. La neige ne tient donc pas."

Imprudence des skieurs

Pour Paul Marquis, les avalanches ne sont pas seulement le fruit de phénomènes climatiques, mais aussi "d'imprudences humaines". "Certains ne font pas attention en hors pistes et provoquent des avalanches."

Le risque d'avalanche restera marqué ce week-end entre 3 et 4 sur une grande partie des massifs des Alpes du Sud. D'après Paul Marquis, le risque devrait progressivement redescendre la semaine prochaine, marqué par le retour de l'anticyclone.

Les bonnes pratiques 

Il est vivement conseillé de ne pas pratiquer le ski ou la randonnée en hors-piste. La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence rappelle que "tout pratiquant doit prendre connaissance avant de partir des prévisions météorologiques, prévoir l’équipement nécessaire au regard du temps et du terrain, informer des proches de son itinéraire et des heures de départ et d’arrivée. Il ne faut jamais surestimer ses capacités. Si nécessaire, il convient de reporter toute sortie prévue en haute montagne".