Municipales : vague verte, échec du RN, abstention, les enseignements du second tour en Provence-Alpes

Le second tour des élections municipales ce dimanche 28 juin traduit un nouveau rapport de force en Provence-Alpes. Le scrutin a par ailleurs été marqué par une très faible participation. La politologue Christel Marchand-Lagier nous livre son analyse en cinq questions.
Michèle Rubirola à son arrivée à l'hôtel de ville sur le vieux port de Marseille.
Michèle Rubirola à son arrivée à l'hôtel de ville sur le vieux port de Marseille. © TOMASELLI Antoine/MaxPPP

Malgré son score, ce n'est pas gagné pour le Printemps Marseille ? 

"C'est un désaveu de Martine Vassal, qui est battue, et bien battue dans son secteur. Ça souligne une forme de sanction du système en place et la volonté d'un changement. 

Le Printemps Marseillais gagne quatre secteurs, avec des difficultés à avoir une réelle majorité. Et Samia Ghali se retrouve en arbitre. C'était la configuration la plus compliquée pour eux, ça ne facilite pas les conditions de la discussion de ce côté-là.

Et puis, la droite se maintient quand même sur trois secteurs, ça va être compliqué sur certains dossiers.

Le Rassemblement national, lui s'effondre. Il a des scores qui sont quasiment identiques à ceux du premier tour. 

Dans le 7e secteur, la droite l'emporte mais c'est juste. Ce qui est étonnant, c'est que ce secteur était plutôt dans un affrontement droite-gauche depuis plusieurs années. 
Municipales 2020 : résultats du 7e secteur de Marseille.
Municipales 2020 : résultats du 7e secteur de Marseille. © FTV
Sur ce secteur, on a une opposition entre des populations très précarisées qui voteraient plutôt à gauche si elles votaient et des noyaux villageois qu'avait su capitaliser Stéphane Ravier en 2014 et qui là reviennent aux bercails de la droite.

Finalement, on retrouve une configuration qu'on avait déjà un peu saisie en 2017, avec une opposition entre la droite et la gauche sur Marseille qui s'incarne dans la distribution des différents secteurs, avec le secteur de Samia Ghali où il y a une implantation locale d'une figure qui arrive à performer."

Y a-t-il eu une vague verte en Provence, ailleurs qu'à Marseille ?

"Il n'y a pas véritablement de vague verte en Provence. A Avignon, Cécile Helle est reconduite malgré l'opposition des écologistes en face. Mais son programme était fortement marqué par les axes écologistes et citoyens.

Cécile Helle incarne un peu cette transformation des forces de gauche sur ce volet-là. C'est une forme de standardisation des offres à  gauche qui ne peuvent pas faire sans l'écologie.
Municipales 2020 : Cécile Helle élue au second tour à Avignon.
Municipales 2020 : Cécile Helle élue au second tour à Avignon. © FTV
Dans la région, on ne pas non plus laisser de côté la déconfiture de LREM qui avait quand même rassemblé une partie des électeurs de gauche plutôt sensibles à des offres écologistes. C'est un peu une conséquence du brouillage des lignes de 2017. Des électeurs se sont repositionnés et ils ne se sont pas repositionnés pas de la même façon sur les petites communes et les grandes villes.

LREM a perdu en crédibilité et rate complètement son implantation locale, et c'est aussi une des explications de la victoire des écologistes."

C'est aussi une défaite pour le Rassemblement national ?

"Le RN rate Cavaillon et Carpentras, encore une fois. Les sortants ont peut-être bénéficié de la gestion de la crise. Ils ont eu trois mois pour montrer qu'ils étaient proches de leurs administrés et cela a peut-être joué.

A Carpentras, le maintien du candidat de droite a desservi le Rassemblement national parce Bertrand de la Chesnaie jouait vraiment sur cette idée d'un soutien du Rassemblement national mais d'un rassemblement des droites.
Résultats du second tour des municipales 2020 à Carpentras.
Résultats du second tour des municipales 2020 à Carpentras. © FTV
A Cavaillon, on a une droite populaire, bien à droite et bien implantée, donc c'est dur pour le RN à concurrencer.

Mais la surprise, c'est Bollène, c'est l'usure des Bompard et de la Ligue du Sud. Sur Orange, Jacques Bompard est là depuis 1995, il arrive encore à se maintenir mais Marie-Claude Bompard n'a pas la popularité de son mari.

C'est une liste d'union centre gauche centre droit qui a gagné. Anthony Zilio n'est pas très connu mais il est jeune, 35 ans, il donne l'image d'un renouvellement.

L'extrême-droite remporte Morières-les-Avignon avec le soutien du RN (Georges Souque, ndlr), mais ce n'est pas une bonne moisson pour le Rassemblement national."

Que retenir de l'abstention en Provence Alpes ? 

"Cette abstention devient très inquiétante. Je ne pense pas qu'on puisse mettre ça sur le compte de la crise sanitaire, il suffit de regarder les plages hier à Marseille. 

Et depuis quelques semaines, on voit bien le comportement des gens qui ne semblent pas particulièrement inquiets, à part peut-être pour les personnes les plus âgées, qui se sont moins déplacées, et l'électorat du Rassemblement national, qui est plus anxieux et qui ne s'est pas mobilisé.
Mais il y a aussi cette abstention structurelle caractéristique des quartiers les plus populaires. Il faudra regarder le détail par bureaux de vote à Marseille car en Seine-saint-Denis, on atteint 80 % d'abstention.

Ce sont les populations les plus précarisées. C'est cette abstention des catégories les plus éloignées de la politique qui s'accroît d'élection en élection.

On a une abstention qui s'installe plus durement. Et à Marseille, même si le Printemps Marseillais arrive en tête, le gros enjeu sera de remobiliser les catégories populaires sur le vote."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections