PrioriTerre [Le Doc]. Vie du sol : voyage au centre des microbiotes et de l'agriculture régénérative des sols

replay

Il y a deux types d'agricultures : celle qui nourrit directement les plantes avec des engrais et peut au bout du compte se contenter de laine de verre comme dans la culture hors-sol, et celle qui a besoin de 5 catégories de micro-organismes dans la terre pour que la plante se nourrisse en toute autonomie.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A Dieulefit, Celine Basset propose un parcours d'agriculture régénérative grâce à son laboratoire d'analyse de la vie du sol blue-soil.

Elle examine la présence de 5 familles de micro-organismes, les bactéries et les champignons, mais aussi les nématodes, les protozoaires et les micro arthropodes sans qui les plantes ne peuvent pas se nourrir car se sont les déjections de ces 3 groupes qui dévorent les deux premiers et rendent toute la matière minérale et organique biodisponible pour les plantes. C'est le microbiote du sol.

Marie Anderes, son amie diététicienne et nutritionniste explique également l'importance de la vie microbienne présente sur les plantes que nous ingérons car c'est cette vie qui va contribuer au bon fonctionnement de notre microbiote.

Elle démontre également l'intérêt des produits bio à ce niveau,  tout comme les  pratiques anciennes de conservation par la lacto-fermentation qui enrichie les légumes en vitamines et en probiotiques.

Enfin Stéphane Linou introduit la notion de microbiote territorial au service de la sécurité alimentaire.

L'approvisonnement en nourriture reste un talon d'Achille des territoires: Il n'y a que quelques jours de réserves alimentaires et en cas de rupture d'approvisonnement, des émeutent de la faim pourraient survenir très rapidement. 

La crise COVID a fait prendre conscience de la fragilité du système. Stéphane est depuis devenu référent auprès de la sécurité civile, expert en résilience alimentaire et formateur auprès des élus.Il milite pour  qu'ils intègrent cette dimension dans leur Programmes Alimentaires Territoriaux et leur Plan Communal de Sauvegarde.