VIDEO. Route du Rhum : le Niçois Jean-Pierre Dick vers une première victoire

Publié le Mis à jour le
Écrit par France Montagne .

Après trois participations, la Route du Rhum a toujours résisté à Jean-Pierre Dick. En sera-t-il autrement ? Le marin fait un point vidéo, en exclusivité pour le site internet de France 3 Côte d'Azur. Plus que quelques jours pour accrocher à son palmarès cette épreuve mythique qui relie la Bretagne à la Guadeloupe.

Tout savoir sur la course Marseille-Cassis : Course Marseille-Cassis 2022

La Route du Rhum. Un rêve pour celui qui a à son actif six tours du monde et quatre victoires sur la Transat Jacques-Vabre. Un rêve qui pourrait devenir réalité pour Jean-Pierre Dick d'ici à la fin de la fin de la semaine.

Contacté ce lundi 21 novembre, le célèbre marin niçois, s'est bien volontiers prêté au jeu et il est un peu moins de 14 heures, quand la rédaction de France 3 Côte d'Azur reçoit la vidéo que Jean-Pierre Dick vient d'enregistrer à bord de son JP54 Notre Méditerranée – Ville de Nice. Pour le navigateur il est 8 heures, heure locale. Sa voix est claire et son ton est bon : " Bon Week-end de consolidation, avec Catherine Chabaud, pour la première place. Le bateau glisse bien dans les alizés maintenant. Dernier jour de course avec l'enjeu de rien casser bien évidement. On va avoir le résultat de la compensation pour la récupération de Brieux. Tout va bien, tout va bien" .

Bon Week-end de consolidation pour la première place. Le bateau glisse bien dans les alizés maintenant. L'enjeu est de ne rien casser. Tout va bien, tout va bien".

Jean-Pierre Dick à bord de son JP54 Notre Méditerranée – Ville de Nice

Après le sauvetage de Brieuc Maisonneuve

Après le sauvetage de Brieuc Maisonneuve, Jean-Pierre Dick a eu énormément de bricolage à faire sur son bateau qui a du affronter un vent fort beaucoup plus longtemps que prévu, et ce suite à la modification de la trajectoire pour déposer le naufragé. Très concrètement, le navigateur niçois a du, notamment, sécuriser son hale-bas dont un axe commençait à partir.

Attraper le train des alizés... pas gagné

En sortant des Açores, le JP54 Notre Méditerranée – Ville de Nice allait se faire attraper par une zone de vent très faible qui aurait pu l'enfermer sur place par le célèbre anticyclone. Finalement, le skipper a  réussi à accrocher une onde de vent d'ouest qu'il a gardée pour atteindre les premiers alizés, vents portants vers la Guadeloupe. Mais cette année, les alizés sont taquins rendant la tache bien plus stratégique que lors des courses précédentes.

Conforter sa position jusqu'à la ligne d'arrivée

Jusqu'à hier, où une nouvelle zone de vent faible lui barrait la route, rien n'était certain. Après avoir vu son avance sur Catherine Chabaud, en 2ème position, diminuer, Jean-Pierre Dick a finalement réussi à raccrocher des alizés. Depuis, il fait route à une moyenne de 13 nœuds, toujours au portant, sous un meilleur angle que ses concurrents, qui sont contraints, eux, à tirer des bords en vent arrière.

Un mal pour un bien

Au final, le dépôt de Brieuc Maisonneuve aux Açores aura permis à JP54 Notre Méditerranée – Ville de Nice de faire une route directe vers la Guadeloupe. Une option qui ne s'avère pas si mal à l'heure actuelle puisque son avance sur Catherine Chaud à commencé à ré-augmenter dans la nuit. Une avance qu'il devra tenter de consolider pour garder de la marge pour le contournement de la Guadeloupe.

Où en est-on de la compensation ?

Jean-Pierre Dick devrait bénéficier, comme cela s’est déjà produit sur d’autres épreuves, d’une compensation en temps sur sa performance, qui prendrait en compte la modification de sa trajectoire, l’état de ses stocks de nourriture ainsi que les éventuels impacts sur son bateau.

A ce jour, pas de nouvelle quant à la décision de la Direction de Course. Fort à parier que cette instance attende que le skipper continue sa route pour étudier tous les impacts de la modification de sa trajectoire et sur son bateau (usure, dégâts dus à des conditions de vent fort supplémentaires).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité