Concert de crevettes à Nice, chant de dauphins à Toulon, des chercheurs ont capté les "conversations" des animaux marins

Une équipe de scientifiques dirigée par le professeur Hervé Glotin de l'université de Toulon a profité du confinement pour réaliser une expérience exceptionnelle. Au cours de la mission Sphyrna Odyssey Quiet-Sea, ils ont enregistré les "conversations" des animaux qui peuplent la Méditerranée.

Dans le silence du confinement, des chercheurs ont capté les “conversations” des animaux qui peuplent la Méditerranée
Dans le silence du confinement, des chercheurs ont capté les “conversations” des animaux qui peuplent la Méditerranée © RAYMOND ROIG / AFP
Le "monde du silence" a donné de la voix comme jamais, pendant le confinement. Alors que les activités humaines étaient interdites en mer, exception faite de quelques patrouilles chargées de veiller au respect du confinement et les embarcations de quelques pêcheurs professionnels, la vie sous-marine qui peuple la Méditerranée de Marseille à Monaco s'en est donnée à coeur joie.
Dès le 1er jour de la mission, deux groupes de grands dauphins ont pu être observés dans le nord de Port-Cros.
Dès le 1er jour de la mission, deux groupes de grands dauphins ont pu être observés dans le nord de Port-Cros. © Remi Demarthon / Sphyrna Odyssey Quiet-Sea
Un retour à l'état sauvage synonyme d'opportunité unique pour les scientifiques d'établir un "état zéro". Cette "occasion historique de pouvoir caractériser le milieu marin dans un état de faible pollution acoustique", a donné lieu à une mission exceptionnelle.

Expédition partie de Toulon

"Quiet sea" - mer silencieuse - avait l'objectif de "mesurer la densité et le comportement de plusieurs espèces de cétacés (cachalot, grand dauphin, baleine à bec, dauphin bleu-blanc, dauphin Risso) dans le sanctuaire Pelagos. 

> Le sanctuaire est un espace maritime de 87 500 km² faisant l’objet d’un accord entre l’Italie, Monaco et la France pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent : Partie de Toulon le 23 avril, cette mission dirigée par le professeur Hervé Glotin (CNRS LIS DYNI) a été initiée par l'université de Toulon, la société Sea Proven (start-up conceptrice de drones marins) et la revue Marine Océans, et soutenue par la Fondation Prince Albert II de Monaco.

Elle a exploré dix-sept jours durant, une mer exceptionnellement vierge de pollution sonore, des calanques de Marseille jusqu'à la principauté de Monaco, en passant pour Toulon et Nice.

Le concert des crevettes de la Baie des anges

Grâce à deux navires laboratoires autonomes, propulsés par des moteurs électriques alimentés par les énergies solaire, éolienne et hydrolienne, équipés de micros sous-marins, les scientifiques ont pu écouter "tout ce qui évolue sous l’eau jusqu’à 2.000 mètres de profondeur". Du chant du cachalot, plus grand prédateur de la planète, jusqu'aux signaux émis par les minuscules crevettes qui peuplent la baie des anges à Nice.

Ses premiers résultats sont enthousiasmants. "Dès le premier jour de la mission, deux groupes de grands dauphins, composés de 12 à 15 individus ont pu être observés dans le nord de Port-Cros. Les animaux, apaisés, ont évolué pendant près de 30 minutes autour des navires de la mission.""La pollution sonore due à l’activité humaine a poussé les animaux à fuir les zones littorales : le contexte historique du confinement nous a en effet permis de constater leur retour dans des zones habituellement perturbées par un fort trafic maritime, indique le communiqué de la Mission "Quiet-Sea".

Au retour des activités anthropiques, les animaux seront de nouveau chassés de ces zones propices à leur développement.

La pollution sonore perturbe la reproduction

Deuxième enseignement : la pollution sonore perturbe la communication des animaux. "Le contexte historique du confinement nous a permis de constater l’abondance de vie et de communication dans des zones habituellement saturées de bruits anthropiques."

Le bruit généré par les activités humaines sur l'eau, qu'elles soient commerciales ou de plaisance, perturbe la chasse, le lien social et même la reproduction des animaux !

L'arrêt quasi-complet de ces activités à permis aux scientifiques d'enregistrer "durant de longues heures des cachalots, des globicéphales et des rorquals, une espèce de cétacé particulièrement difficile à écouter car émettant des sons très basse fréquence couverts par le bruit du trafic maritime, et de ce fait encore très méconnue."
Les scientifiques de la mission Sphyrna Odyssey Quiet-Sea ont réalisé des heures d'enregistrements exceptionnels en mer.
Les scientifiques de la mission Sphyrna Odyssey Quiet-Sea ont réalisé des heures d'enregistrements exceptionnels en mer. © Pauline Cottaz / Mission Sphyrna Odyssey Quiet-Sea
 

"Des enregistrements exceptionnels"

"Ces enregistrements exceptionnels vont nous permettre de mieux comprendre les interactions entre des groupes qui ont pu profiter du calme ambiant pour communiquer à plus grande distance, jusqu’à deux fois plus qu’en temps normal, favorisant, outre la chasse par le repérage des proies, le lien social et la reproduction."

Les sons vont maintenant passer à la moulinette des algorithmes l'intelligence artificielle. Leur analyse doit notamment permettre "d’identifier la santé des sites", "de restituer en 3D les trajectoires de cétacés grands plongeurs", ou encore "de quantifier les facteurs anthropiques (pollutions) pour mieux comprendre l’exploration et l’évolution des cétacés dans leur environnement et l’impact des rayonnements acoustiques des navires".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus santé méditerranée mer nature environnement sciences monaco international animaux thalassa sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter