CARTE. 10 hauts lieux de mémoire nationale ouverts gratuitement aux scolaires dont 2 dans le Var

La ministre chargée de la Mémoire, Geneviève Darrieussecq, vient d'annocer ce 25 mai que les scolaires pourront désormais accéder gratuitement aux hauts lieux de la mémoire nationale. On fait le point sur les site concernés en Provence-Alpes Côte d'Azur et au-delà !

L'annonce a été faite ce mardi 25 mai par la ministre chargée de la Mémoire, Geneviève Darrieussecq. 

Les jeunes scolaires pourront désormais accéder gratuitement aux hauts lieux de la mémoire nationale. Un geste qui vise à ce "qu'il n'y ait pas de frein pour les scolaires lié au coût d'entrée" de ces "lieux de transmission de la mémoire, de la citoyenneté et des valeurs de la République", "plus que jamais importants", a-t-elle expliqué.

Les enfants qui participent à ce genre de visite pédagogique en restent marqués. C'est très fondateur pour eux dans leur équilibre personnel, leur façon de regarder le monde, la société.

La ministre chargée de la Mémoire, Geneviève Darrieussecq.

Les hauts lieux de la mémoire nationale ne sont qu'au nombre de dix sur le territoire métropolitain. Ils font l’objet de travaux d’entretien et d’aménagement permanents et sont ceux qui où sont organisées des cérémonies commémoratives, ces sites ont également vocation à être ouverts au public.

Deux hauts lieux sont concernés en Provence-Alpes et Côte d'Azur, ils sont dans le Var:

  • Le mémorial du débarquement allié de Provence au Mont-Faron à Toulon.
  • Le Mémorial des guerres en Indochine à Fréjus.

> Le Mémorial du débarquement de Provence (situé dans la Tour Beaumont au sommet du Mont-Faron) a été inauguré par le général de Gaulle, le 15 août 1964. Il vient d'être complètement rénové et repensé. Ce lieu de mémoir détaille les opérations qui se sont déroulées sur les côtes de Provence suite au débarquement allié d'août 1944.

Le Mémorial des guerres en Indochine est basé à Fréjus dans le Var. Lui a été inauguré en 1993 par le président de la République. C'est un mémorial dédié aux "Morts pour la France" en Indochine. Il abrite près de 24 000 sépultures de militaires et de civils morts en Indochine. Il permet de mieux comprendre l’histoire de la présence française en Indochine, mais aussi les grandes phases de « la guerre d’Indochine » entre 1946 et 1954.

En 2012, les cendres du Général Bigeard y ont été transférées.

Musée-mémorial du terrorisme en région parisienne

Le 11 mai dernier, l'Elysée avait annoncé que le président Emmanuel Macron avait choisi Suresnes (en région parisienne) comme site du premier musée-mémorial du terrorisme, "à l'immédiate proximité du Mémorial de la France combattante". 

Pendant un temps, les familles des victimes de l'attentat de la Promenade des Anglais de 2016 espéraient le voir installé à Nice.