Météo : jusqu'à 22,7 °C, des records de chaleur pour un mois de janvier dans le Sud-Est

Le fort redoux qui traverse toute la France après un épisode de froid a établi mercredi et jeudi plusieurs nouveaux records de chaleur pour un mois de janvier le long de la Méditerranée. Dans le Var, il a fait 22,7°C au Luc et dans les Bouches-du-Rhône 21 °C à Arles.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Des records mensuels de températures maximales ont été atteints dans le sud-est du pays, autour de la Méditerranée", a indiqué Météo-France, citant plusieurs mesures inédites entre l'Hérault et le Var.

Ce sont des températures printanières avec ce jeudi 22,7 °C au Luc en Provence, dans le centre du Var. 

Ce jeudi dans les Alpes-Maritimes, les records sont situés en montagne. D'abord à Ascros, avec 21,5 °C, le précédent datait de janvier 2008 avec 20,4 °C. Il a fait chaud aussi Peira Cava avec 20,1 °C, record qui datait de 2022 avec 18,6 °C.

Mercredi, 22,1°C ont été relevés à la station de mesures de l'aéroport de Montpellier, effaçant nettement le record précédent mesuré à 21,2°C en 2002.

À l'aéroport de Nîmes et à Arles (Bouches-du-Rhône), le thermomètre a atteint 21°C, à Aigues-Mortes (Gard) 20,8°C et, dans le Var, 22,5°C au Luc et 21,2°C au Castellet.

Sur toutes ces stations, les records précédents étaient relativement récents, tous établis au XXe siècle.
Ce fort redoux est généralisé sur la métropole, mais plus marqué sur les régions méditerranéennes où le pic était prévu entre mercredi et jeudi par Météo-France, "avec 25°C possibles dans les environs de Perpignan, Prades, ou Durban-Corbières, 20 à 22°C à Montpellier, Toulon ou Nîmes".

"La dépression Isha portait une perturbation qui s'accompagnait d'air doux, même si elle était très loin de chez nous, en Écosse. 

Dans certaines configurations, on peut avoir des remontées d'air doux sur la France qui vient des latitudes subtropicales et qui remonte jusqu'aux îles britanniques", explique à France 3 Côte d'Azur Christelle Robert, prévisionniste à Météo-France.

Records nocturnes dans l'ouest

Dans l'ensemble de l'ouest du pays, ce sont les températures minimales qui ont été "proches des records mensuels" mercredi "avec des valeurs au-dessus de 12 °C".
"Des records mensuels de douceur nocturne ont été battus à Nantes (12,8°C), Tours (12,7°C) et Niort (13,1°C)", a relevé l'observatoire national.

"Une telle douceur est remarquable pour un mois de janvier, mais cela n'est pas inédit de connaître des températures au-delà des 20 °C en hiver", avait toutefois nuancé mercredi Météo-France dans un communiqué, invoquant les 20,5°C relevés à Toulon en 2016, les 20,7°C à Montpellier en 2018 ou encore des 25,4°C à Perpignan en 2020.

Outre la chaleur hivernale, "l'ensemble du pourtour méditerranéen restera très probablement au sec ces 10 prochains jours, aggravant la sécheresse préoccupante et chronique de la région, tout particulièrement en Roussillon", a alerté Météo-France.

"Le mois de janvier 2024 s'annonce d'ores et déjà fort contrasté avec une longue séquence de fraîcheur entre le 7 et le 20 janvier, encadrée par deux périodes de grande douceur, la première en tout début de mois puis la seconde en cours et qui est amenée à se prolonger au-delà du 31 janvier", selon Météo-France.

Si ce redoux se maintenait, janvier 2024 pourrait de nouveau être un mois plus chaud que les normales de saison.

Ce serait alors le 24ᵉ mois d'affilée que les températures mensuelles seraient supérieures aux moyennes de la période 1991-2020, pourtant déjà plus élevées que celles de l'ère pré-industrielle en raison des émissions de gaz à effet de serre liées à l'activité humaine.