• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

La Seyne-sur-Mer : Brune Poirson lance une charte pour des plages sans plastique

La secrétaire d'état à l'écologie a lancé sa charte pour les plages sans plastique à la plage des Sablettes à la Seyne-sur-Mer (Var). / © Dominique Leriche - MAX PPP
La secrétaire d'état à l'écologie a lancé sa charte pour les plages sans plastique à la plage des Sablettes à la Seyne-sur-Mer (Var). / © Dominique Leriche - MAX PPP

En visite à la plage des Sablettes de La Seyne-sur-Mer (Var), Brune Poirson, secrétaire d'état auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé une charte pour des plages sans plastique. Une charte en 15 points. 

Par Aline Métais

Objectif : zéro plastique sur les plages... en 2025. C'est le but affiché par la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson en visite sur la plage des Sablettes à la Seyne-sur-Mer (Var). Elle a présenté lundi une charte pour lutter contre les déchets plastiques sur les plages qui comprend quinze engagements (cf.encadré). 

75% de déchets plastiques


Le constat est alarmant : 80% des déchets marins proviennent de la terre et 75% d'entre eux sont des déchets plastiques : sacs à usage unique, emballages divers et mégots sont les déchets les plus répandus dans nos océans.
La densité est de 200 à 300 déchets plastiques au mètre carré. / © FTV
La densité est de 200 à 300 déchets plastiques au mètre carré. / © FTV

Une étude de l'Ifremer place la mer Méditerranée à la première place des mers d'Europe les plus polluées. Deux zones sont concernées, au large de Marseille et l'autre au nord-est de la Corse. Les océanographes ont recensé le nombre de déchets par km carré. Et ce chiffre ne cesse d'augmenter ! Il est passé de 100 déchets par km carré dans les années 90 à près de 300 déchets dans les zones les plus polluées. 

Sensibilisation, prévention et ramassage


Pour lutter contre ce phénomère, la secrétaire d'état décline sa charte en trois paliers, selon le nombre d'engagements - de cinq à quinze - pris par les communes littorales. Ces actions de sensibilisation, de prévention et de ramassage, consistent notamment en l'installation de poubelles de tri près des plages. Car il faut changer les habitudes des vacanciers comme des commerçants pour qu'ils arrêtent de distribuer des objets en plastique à usage unique.
 

Plastiques à usage unique


Un objectif qui paraît très ambitieux alors que la France a rejeté environ 11.200 tonnes de plastique rien qu'en Méditerranée en 2016, selon un rapport du WWF qui lance une pétition sur son site internet. L'Union européenne a également décidé l'interdiction à partir de 2021 de produits plastiques à usage unique comme les coton-tiges, pailles, touillettes à café, couverts ou assiettes.

Une charte zéro plastique en 15 points

 
La charte se déroule en 3 phases : 

SENSIBILISATION

1/ Mettre en place une information tout public sur les principaux déchets retrouvés sur les plages (mégots, emballages, bâtonnets, etc.) et leur impact sur le milieu marin, visible aux entrées des plages, des ports de plaisance et dans les centres-villes.
2/ Informer les usagers sur les lieux où les déchets doivent être triés et jetés (affichage, panneaux, presse locale).
3/ Sensibiliser les enfants aux bonnes pratiques dans les écoles, les centres de loisirs, de vacances et les clubs de plage et de voile.
4/ Accompagner les acteurs de l’hébergement touristique et des loisirs nautiques aux bonnes pratiques (hôtels, campings, clubs, plaisance, capitainerie, etc.).
5/ Mobiliser les commerçants pour les encourager à ne plus distribuer d’objets en plastique à usage unique (sacs, pailles, gobelets, couverts, ballons et jouets volants…).

PRÉVENTION

6/ Intégrer l’obligation zéro plastique dans les cahiers des charges des événements ou démarches promotionnelles organisés sur les plages (gobelets et vaisselles réutilisables, cendriers de poche, interdire les objets publicitaires à usage unique, etc.). Le zéro plastique est une condition d’acceptation des dossiers de demande d’autorisation.
7/ Expérimenter la consigne sur les contenants alimentaires avec des restaurateurs volontaires (gobelets, éco-cup, boîtes à sandwich, etc.).
8/ Proposer des animations de type bar à eau ou installer des fontaines d’eau potable aux abords des plages.
9/ Valoriser les restaurateurs et les hôteliers qui proposent des alternatives aux pailles et aux couverts en plastique jetables et qui développent le réemploi des emballages boissons et des contenants (restauration à emporter).
10/ Promouvoir l’utilisation de matériaux durables (bois, paille, osier, rotin, toile, etc.) dans les installations présentes sur les plages comme les restaurants, les mobies mobiliers de plage, les clubs enfants ou sportifs, etc.

RAMASSAGE, NETTOYAGE, COLLECTE ET TRI

11/ Promouvoir ou organiser des événements citoyens pour nettoyer une plage (1 personne ramasse un déchet).
12/ Équiper l’entrée ou la sortie des plages avec des containers de tri et des poubelles avec couvercles afin d’éviter la dispersion des déchets.
13/ Adapter la fréquence de ramassage à la vitesse de remplissage des poubelles.
14/ Pratiquer un nettoyage raisonné (nettoyage manuel sur les plages naturelles, nettoyage mécanique limité aux plages urbaines).
15/ Former 30 % du personnel chargé de l’entretien des plages au nettoyage manuel ou raisonné des plages.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les premiers éléments sur l'agression d'une tata dans une école de Marseille

Les + Lus