"Un phénomène hors norme" : six questions sur ces tortues de mer qui viennent pondre leurs œufs sur les plages du sud-est de la France

Ce dimanche, une tortue a pondu ses œufs sur une plage de Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var. C’est la quatrième ponte sur les côtes méditerranéennes française en 15 jours, un évènement rare.

Périmètre de protection, arrêté municipal, surveillance du lieu… A Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var, les pouvoirs publics et les associations s'organisent, après la ponte d'une tortue Caouanne dimanche 16 juillet peu après 23h. Ce n'est pas la première ponte de tortue de mer sur nos côtes mais plusieurs pontes en deux semaines, c'est exceptionnel. France 3 Provence-Alpes répond à six questions sur ce phénomène jugé "hors norme".

Combien de pontes ont eu lieu en juillet en Paca ? 

En ce seul mois de juillet, le phénomène a été observé à trois reprises des plages de Provence-Alpes Côte d'Azur. La première ponte d'une tortue Couanne a eu lieu sur une plage de galets de Villeneuve-Loubet dans les Alpes-Maritimes, dans la nuit du 2 au 3 juillet. Une première dans ce département.

Sur l'île de Porquerolles, dans le Var, c'est dans la nuit du 15 au 16 juillet qu'une tortue est venue nidifier. Ce sont des gardes qui ont observé les traces du passage d'une tortue dans le sable.

Enfin ce dimanche, sur le site très touristique de Saint-Cyr-sur-Mer, une troisième ponte a été constatée. La tortue a été vue remontant la plage et repartant pleine de sable 30 minutes plus tard.

Une ponte a également été relevée dans l'Hérault sur la commune de Marseillan dans la nuit du 9 au 10 juillet.  

De quelles tortues s'agit-il ? 

Il s'agit de tortues Couanne (Caretta caretta) dans les quatre lieux de pontes. C'est une espèce fragile qui se reproduit tous les 2 à 4 ans. Sa taille adulte varie de 90 cm à 1 mètre, pour un poids moyen de l’ordre de 135 kg. Elles sont parfois victimes des détritus présents dans la Méditerrannée. "On a déjà amputé une petite tortue qui avait la patte nécrosée après s'être enchevêtrée dans des déchets. Elles peuvent aussi être heurtées par un bateau", explique Sidonie Catteau, chargée de mission à la fondation Marineland.

Alors pour protéger le site de ponte, un périmètre de protection a été établi sur cette plage, très fréquentée en été. Le lieu sera aussi surveillé par les agents du parc, des services départementaux de l’OFB et de la commune. "Notre rôle, ça va être de mettre tout en œuvre pour qu'elles puissent mener à bien leur cycle de reproduction" précise la scientifique. De son côté, la mairie va prendre un arrêté de protection du site.

Quand les bébés tortues sortiront-ils ?

En temps normal, le temps d'incubation des œufs de 55 jours. Mais, comme ce phénomène est rarement observé sur les plages françaises, difficile de savoir si les conditions seront réunies pour que les petites tortues sortent de leur coquille. "La durée d'incubation va dépendre de la température. Plus il fait chaud, plus l'incubation sera courte", précise Sidonie Catteau. Et la ponte n'est pas à l'abri d'un accident." En 2008 à Saint Tropez, le nid était trop près de la mer et a été inondé", se rappelle-t-elle.

Dans tous les cas, les scientifiques évitent d'intervenir auprès du nid. Et, même si la tortue marine est en difficulté, seuls les personnes habilités et disposant d'une dérogation peuvent agir. Car les tortues Caouannes, ainsi que six autres espèces de tortues marines, sont inscrites sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Est-ce un phénomène rarissime ?

Oui et cela interroge les chercheurs.  L’Observatoire des Tortues Marines (OTM) constate depuis peu une activité de reproduction plus régulière sur le littoral méditerranéen français. Quatre pontes de tortues marines avaient ainsi été observées ces dernières années, à Saint-Aygulf (Var) en 2016, à Villeneuve Les Maguelone (Hérault) en 2018, à Fréjus (Var) en 2020 et à Valras (Hérault) en 2022. "Depuis quelques temps, on voit arriver des femelles matures sexuellement au large de nos côtes", s'étonne l'experte.

Pourtant, en temps normal, les plages françaises ne sont pas des lieux de pontes. Les tortues qui vivent dans cette partie de la Méditerranée sont souvent des individus qui n'ont pas encore atteint leur maturité sexuelle, autour de 30 ans. Les observations de pontes en Italie et en Espagne sont aussi en nette augmentation depuis une dizaine d’années. Habituellement, ces animaux préfèrent les plages de la Méditerranée orientale, comme la Grèce ou la Turquie. 

Pourquoi les tortues viennent-elles sur notre littoral ?

A l'heure actuelle, les scientifiques n'ont pas de réponses claires pour comprendre ce phénomène. "On me pose souvent cette question, mais je ne peux pas vous dire si c'est une bonne ou une mauvaise nouvelle", regrette la chargée de mission de l'association Marineland. Plusieurs hypothèses sont avancées. Les tortues pourraient être plus nombreuses, grâce aux mesures de protections de leur espace de ponte par exemple. Des changements dans les courants marins pourraient aussi être à l'origine de ces évènements.

Que faire si on voit une tortue sur la plage ?

Les tortues sont particulièrement vulnérables au moment de pondre leurs œufs. La loi interdit d'ailleurs toute perturbation intentionnelle (manipulation, nuisance lumineuse, …) de ces espèces protégées. Pour les observer, il faut se tenir à une distance de 10 mètres, éteindre les sources de lumières artificielle et le flash des appareils, et ne pas toucher aux tortues ni aux œufs.

Si vous avez observé une trace de tortue marine sur le sable, ou une tortue marine en mer, vous pouvez participer au réseau de surveillance dans les Alpes-Maritimes et le Var en relayant vos informations au 06 16 86 26 86.