publicité

La "petite" route du Chambon reste et demeure une route de secours

L'ouverture de la route du Chambon, reliant de nouveau les Hautes-Alpes à l'Isère, après l'effondrement du tunnel, est vue comme un véritable soulagement pour les habitants de La Grave notamment. Etat des lieux, deux semaines après le retour de la circulation.

  • Par Cécilia Sanchez
  • Publié le , mis à jour le

Premier bilan après l'ouverture de la route du Chambon, pour relier de nouveau l'Oisans à La Grave
Depuis le 24 novembre, l'Isère et les Hautes-Alpes sont de nouveau réunis grâce à l'ouverture d'une "petite route" aménagée sur l'ancienne piste forestière. Depuis l'effondrement du tunnel du Chambon en avril dernier, le trajet jusqu'à La Grave était un vrai calvaire. Et la situation économique de la petite commune des Hautes-Alpes devenait préoccupante. 

Voilà plus de sept mois que les alpinistes isérois ne s'arrêtaient plus dans les auberges de La Grave. Ils se réjouissent désormais de l'ouverture de cette route bis, après un chantier à 6,7 millions d'euros. "C'est un peu comme si l'on avait retrouvé nos voisins et nos habitudes", raconte un alpiniste, attablé dans une auberge de La Grave. Nombreux sont les Isérois curieux qui, depuis le 24 novembre, sont venus tester cet itinéraire à flanc de montagne où le croisement est parfois délicat.

Le croisement sur la route du Chambon peut se révéler... fastidieux © France 3 Alpes

© France 3 Alpes Le croisement sur la route du Chambon peut se révéler... fastidieux


Même étroite, elle est trois fois plus large que l'ancienne piste, où un 4X4 passait tout juste. Les 5 kilomètres entre l'Oisans et La Grave sont enfin praticables et longent la rive gauche du lac du Chambon, face au tunnel.

Mais cet axe reste une solution alternative: car très sinueuse, étroite et à forte pente. La préfecture de l'Isère a même publié un guide de bon usage de la nouvelle RS1091. "C'est une vraie route de montagne, il faut rouler avec prudence", reconnaît le maire de La Grave, Jean-Pierre Sevrez.

La nouvelle route du Chambon © France 3 Alpes

© France 3 Alpes La nouvelle route du Chambon


En l'empruntant, on comprend mieux pourquoi aucun panneau n'indique son existence dans la vallée. Pour l'automobiliste non averti, la seule voie possible pour relier Grenoble à Briançon passe par Gap. Ce qui est inadmissible pour certains. 

On n'existe plus sur la carte"


Une habitante de La Grave ne décolère pas: "On n'existe plus sur la carte". A cela, le maire de la commune, Jean-Pierre Sevrez, répond que cette route sert de "secours", qu'elle peut "absorber 1.500 véhicules par jour. En période de forte affluence, cela peut monter jusqu'à 10.000 véhicules par jour. Si on indique cet itinéraire, on sera tous bloqué."

Il s'agit de ne pas la surcharger de touristes, en attendant la restauration du tunnel, car elle est loin de résoudre la situation. Il aura fallu quelques mois seulement pour construire la route de secours. Pour la face sud, de l'autre coté du lac, le chantier du grand tunnel sera beaucoup plus long.

Première étape, l'enquête publique qui s'ouvrira le 17 décembre prochain. En attendant, le trait d'union entre les 2 départements est retrouvé.
  • Tunnel du Chambon : 5 mois pour creuser une nouvelle galerie

    Un an après le glissement de terrain qui a fragilisé le tunnel du Chambon entre Isère et Hautes-Alpes, le creusement d’une nouvelle galerie commence. Les travaux seront réalisés dans un délai record pour permettre la réouverture de la route avant la saison d’hiver.

    Mis à jour le 13/05/2016
  • Les travaux ont commencé au tunnel du Chambon

    Les premiers coups de pelle ont débuté ce lundi 9 mai au matin, côté Hautes-Alpes. Face aux incertitudes sur la poursuite du glissement de terrain à hauteur de l'ancien ouvrage, l'option du percement d'un tunnel de dérivation a été retenue. 

    Mis à jour le 09/05/2016
  • Le chantier du "nouveau" tunnel du Chambon débute

    Après la phase de sécurisation et de préparation du chantier, les travaux de construction de la tête amont du tunnel (côté Hautes-Alpes) démarrent ce lundi 9 mai. Le percement du tube de dérivation, l'exploitation de l'ancien tunnel étant impossible, débutera au cours de la dernière semaine de mai.

    Mis à jour le 09/05/2016
les + lus
les + partagés