Nus, ils vendangent dans un vignoble du Puy-de-Dôme

Nus comme des vers, sous la pluie, rien ne les arrête ! Ils sont naturistes et ont ça dans la peau. Une bande de copains du camping de la Serre, dans le Puy-de-Dôme, ont profité de la douceur, toute relative, de fin septembre pour vendanger une parcelle d’un vignoble situé sur la commune du Crest. / © Lauriane Havard / Radio France
Nus comme des vers, sous la pluie, rien ne les arrête ! Ils sont naturistes et ont ça dans la peau. Une bande de copains du camping de la Serre, dans le Puy-de-Dôme, ont profité de la douceur, toute relative, de fin septembre pour vendanger une parcelle d’un vignoble situé sur la commune du Crest. / © Lauriane Havard / Radio France

Ils en rêvaient depuis longtemps. Fin septembre, un groupe d’amis naturistes ont, pour la première fois, vendangé dans un vignoble du Puy-de-Dôme. Une vendange effectuée dans le plus simple appareil.

Par Kamel Tir

Nus comme des vers, sous la pluie, rien ne les arrête ! Ils sont naturistes et ont ça dans la peau. Une bande de copains du camping de la Serre, dans le Puy-de-Dôme, ont profité de la douceur, toute relative, de fin septembre pour vendanger une parcelle d’un vignoble situé sur la commune du Crest. Dans le plus simple appareil, ils ont cueilli avec délicatesse et bonne humeur les grappes de raisin de cette propriété. Une façon pour eux d’être en communion avec la nature. «  C’est un état d’esprit » explique Thierry Guillot. « Nous sommes très proches de la nature. Pouvoir ainsi se mouvoir sans textile, sans barrière polluante est un grand plaisir » insiste-t-il.

Ce jour-là, les vendangeurs se sont retroussé les manches ! / © Lauriane Havard / Radio France
Ce jour-là, les vendangeurs se sont retroussé les manches ! / © Lauriane Havard / Radio France


Pour ces vendanges un peu particulières, un arrêté municipal a été pris afin d’autoriser pour une durée déterminée et sur un secteur bien défini ce naturisme automnal. Au milieu des feuilles de vigne, tous se sont amusés. « Cela faisait longtemps que nous voulions vendanger ainsi » confie Thierry Guillot. « Nous avons choisi un vignoble que nous connaissons et apprécions ». Et d’insister : « Le naturisme c’est la tolérance. Nous ne nous jugeons jamais. C’est une grande famille. Quand on y a goûté on ne peut plus faire machine arrière et retourner au textile ».


Même pour les vendanges,l'habit ne fait pas le moine ! / © Lauriane Havard / Radio France
Même pour les vendanges,l'habit ne fait pas le moine ! / © Lauriane Havard / Radio France


Sur les coteaux, exposés ce jour-là aux intempéries mais à l’abri des regards,  nos vendangeurs ont mouillé la chemise et ont pris beaucoup de plaisir à oeuvrer de la sorte. Tous ont promis de revenir l’année prochaine.



Sur le même sujet

Inauguration du chemin des planètes dans le Cantal, un sentier de plusieurs kilomètres

Près de chez vous

Les + Lus