Handicap : l'invention d'un orthoprothésiste de Guebwiller

Il a mis au point un siège tout spécialement adapté aux jeunes personnes en situation de handicap. Fabriqué dans la région, il est en mousse, enveloppant et favorise la détente. Il a été baptisé Lalloo.

Par PhD

Ce nouveau fauteuil a été conçu pour être le plus ergonomique possible. Finies les sangle et les positions forcées, l'idée de Lionel Rosello, le concepteur, était de permettre aux jeunes patients de se relâcher au maximum. C'est en voyant certains parents bricoleurs essayer de fabriquer des sièges en mousse pour aider leur enfants à mieux s'assoir en tailleur que l'idée lui est venue. "J'ai réfléchi, pris plein de mesures et j'ai essayé de concevoir une sorte de standardisation du produit", raconte le thérapeute. La mise au point de Lalloo a démarré il y a sept ans. Ses meilleures cobayes étaient ses filles. Il les observait évoluer dans les mousses qu'il sculptait et c'est aussi grâce à elles qu'il a trouvé la bonne forme.
Handicap : l'invention d'un orthoprothésiste de Guebwiller
Il a mis au point un siège tout spécialement adapté aux personnes en situation de handicap. Fabriqué en mousse, il est enveloppant et favorise la détente. Il a été baptisé Lalloo, Il est fabriqué dans la région, breveté en France et en Europe et commercialisé depuis quelques mois.  - Stéphanie Mallauran et Vincent Lemiesle


La première version de son fauteuil est désormais fabriquée dans une usine alsacienne et commercialisée depuis peu. Il faut compter entre 500 et 1000 euros selon la taille. Une prise en charge de 170 euros est assurée par la sécurité sociale. L'enjeu à présent pour Lionel Rosello, s'il veut développer son produit, est de concevoir un fauteuil d'entrée de gamme. "Nous devons travailler sur (la baisse ndlr) des coûts de production, produire en plus grande quantité", explique le créateur.

Une étude clinique actuellement en cours doit déterminer si le fauteuil Lalloo pourrait, à l'avenir, être plus largement pris en charge par l'assurance maladie. Pour que des instituts ou des particuliers puissent en acheter plus facilement.

Sur le même sujet

La maison Laurentine s'expose en Haute-Marne

Près de chez vous

Les + Lus