publicité

EXCLUSIF : 7 sites en France, dont l'aéroport de Toulouse, cibles privilégiées des terroristes

INFO FRANCE 3 MIDI-PYRENEES - Selon un document du renseignement militaire français que nous nous sommes procuré, sept sites en France pourraient être les cibles d'attaques "coordonnées, simultanées et géographiquement dispersées" dont l'aéroport Toulouse-Blagnac. 

  • France 3 Midi-Pyrénées
  • Publié le 21/01/2016 | 17:12, mis à jour le 22/01/2016 | 18:09
© MaxPPP

© MaxPPP

Dans un document confidentiel, que France 3 Midi-Pyrénées s'est procuré, le renseignement militaire français recense les 7 sites en France qui pourraient être des cibles d'attaques terroristes simultanées. Cette liste a été établie en fonction de la surveillance des réseaux sociaux et des sites internet proches des jihadistes, selon la méthode dite des "nuages de tags". 

Des informations précises sur le mode opératoire

En clair, ce sont les sites qui reviennent le plus souvent dans les discussions en personnes placées sous surveillance. Ces sites sont répartis un peu partout en France. Le document que nous avons pu consulter les recense mais va également plus loin en précisant le "mode opératoire" que pourraient employer les terroristes à leur encontre : attentat suicide avec ceinture d'explosifs ("Human Suicide Improvised Explosive Device", selon le vocabulaire militaire), fusillade, voiture piégée, drone ou avion chargé d'explosifs ("Flying Improvised Explosive Device"). 

Des attaques simultanées ?​

Sous le titre "quel mode opératoire pour quelles cibles ?", le renseignement militaire établit une carte de France, datée du 20 janvier 2016, des "attaques coordonnées, simultanées et géographiquement dispersées" qui pourraient ainsi toucher notre pays. Des attaques coordonnées et simultanées, c'est exactement le scénario de ce qui s'est produit le 13 novembre dernier à Paris et à Saint-Denis. S'y ajoutent, dans cette analyse militaire, la notion de dispersion géographique sur l'ensemble du territoire métropolitain. 
© France 3

© France 3

Cette "analyse prédictive" du renseignement militaire aboutit à la liste suivante : 
  • Zone de La Défense à Paris (risque d'attaque par un drone ou avion piégé)
  • Le Pont de Saint-Nazaire
  • La zone aéroportuaire de Toulouse (attentat suicide et fusillade)
  • La zone portuaire de Marseille-Fos (drone ou avion piégé)
  • La zone hydrocarbures de Lyon-Sud (voiture piégée)
  • Le Parlement européen de Strasbourg (fusillade)
  • Le Musée Européen de Lille (attentat suicide). Par cette expression "musée européen de Lille", les militaires semblent désigner le Musée de la Métropole Européenne de Lille situé à Villeneuve d'Asq.

Des informations à prendre avec précaution

Il ne s'agit évidemment pas de la liste des lieux où se produiront des attentats en France mais bien d'une analyse de spécialistes militaires qui, sur la base de leur travail de veille de la "bulle internet jihadiste" et de renseignements, ont transmis aux autorités une liste de lieux susceptibles d'être les théâtres d'une attaque simultanée. 

Un scénario "fictif" pour le ministère de la Défense, contredit par notre source

Après la publication de notre article et de cette carte, le ministère de la Défense affirme que ce document émane d'un exercice fictif de formation de militaires au renseignement. Une position que réfute notre source au sein du renseignement militaire français qui réaffirme que ce document n'est en rien un scénario fictif mais bien le résultat d'un travail d'analyse des messages sur le net effectué par des militaires spécialisés. 
La position du ministère de la Défense est compréhensible. Le renseignement militaire agit habituellement sur les terrains extérieurs à la France, le renseignement intérieur étant dévolu au ministère de l'Intérieur. Or, nous avons la confirmation que le renseignement militaire travaille aussi sur le territoire national. 

Un exercice anti-attentat à la raffinerie de Feyzin le 19 janvier

© PH.Bette

© PH.Bette

Les autorités prennent très au sérieux les menaces d'attentats et s'organisent pour protéger les sites "sensibles". Ainsi, mercredi 19 janvier, à la veille de la parution du document du renseignement militaire un exercice de sécurité anti-attentat a eu lieu sur l'un des sites mentionnés dans le document, à la raffinerie de Feyzin au sud de Lyon, comme le raconte France 3 Rhône-Alpes. Le scénario envisagé par les autorités : l'intrusion d'un motard fortement armé et disposant d'explosifs !
les + lus
les + partagés
publicité