publicité

Manuel Valls relance le projet d'autoroute A831 après l'opposition de Ségolène Royal

Le Premier ministre a fait savoir au député de Vendée (PS) Hugues Fourage qu'il allait lancer un nouvel appel à candidature d'entreprises sur le projet d'autoroute entre la Charente-Maritime et la Vendée. Un projet auquel Ségolène Royal et les écologistes s'étaient opposés.

  • Baptiste Cogitore
  • Publié le , mis à jour le
Ségolène Royal et Manuel Valls le 29 août 2014 à Matignon. © MaxPPP / Thomas Padilla

© MaxPPP / Thomas Padilla Ségolène Royal et Manuel Valls le 29 août 2014 à Matignon.

Manuel Valls relance l'A831

Dans un courrier adressé au député socialiste vendéen Hugues Fourage, le Premier ministre Manuel Valls annonce le lancement d'un nouvel appel à candidatures d'entreprises pour le projet d'autoroute A831 qui relierait Fontenay-le-Comte à Rochefort. Un nouveau rebondissement dans un projet d'autoroute lancé en 1994.

Dans ce courrier, en date du 27 février (lire ci-dessous), Manuel Valls rappelle avoir déjà indiqué fin juillet 2014 "que le gouvernement n'avait pas d'objection à engager la consultation des entreprises sur ce projet à condition que soient préalablement portées à la connaissance du public les modifications apportées depuis la Déclaration d'Utilité Publique afin d'améliorer son insertion départementale".

Le Premier ministre précise qu'il a "donné le instructions afin que cette information soit effectuée dans les plus brefs délais et qu'un nouvel appel à candidatures soit lancé auprès des entreprises." En clair : le gouvernement relance le projet.

La construction d'une autoroute entre la Charente-Maritime et la Vendée est un projet vieux de vingt ans, qui a été rallié par la plupart des élus locaux, exceptés les écologistes et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et présidente du conseil régional de Poitou-Charentes. La décision de mettre fin à la consultation des entreprises pour le chantier avait d'ailleurs soulevé de vives critiques au sein du PS à l'été 2014 contre la ministre.

Les partisans de l'autoroute la jugent essentielle à la vitalité de leurs territoires durement touchés par la crise. Les opposants critiquent surtout le fait qu'elle traverserait la zone protégée du Marais poitevin, et que l'Etat pourrait réaménager les voies départementales qui traversent déjà cette zone sensible. Ils dénoncent aussi le coût pour les collectivités locales : celles-ci devraient assumer 900 millions d'euros pour les 64 km d'autoroute prévus sur le tracé.

Le Premier ministre souligne que cette consultation ne vaut pas validation du projet autoroutier : il indique qu'en parallèle de cette consultation seront effectués l'étude et le chiffrage du projet alternatif consistant dans le réaménagement des voies départementales traversant le Marais poitevin. (...) Les conditions seront ainsi réunies pour prendre la décision de réaliser ou non l'A831 sur la base d'une comparaison des deux solutions", en consultation avec les élus locaux, écrit-il.

Le projet en détails

Le projet de l'A831 relierait les régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes en traversant les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime.

  • Longueur : 64 km
  • Type de route : 2×2 voies (4 voies de circulation de 3,5 m de large ; 2 bandes d'arrêt d'urgence de 3 m et un séparateur central de 2 m soit au total 22 m de largeur)
  • 4 échangeurs (dont 3 autoroutiers)
  • Une gare de péage serait située au nord de Rochefort.
  • Une aire de service et / ou une aire de repos seraient également à prévoir.

L'actu de votre région en vidéo

Une famille bretonne porte plainte après l'incendie du camping à Oléron

Reportage de François Privat, France 3 Bretagne, Pierre Lahaye et Josiane Etienne

les + lus
les + partagés