Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Christian Estrosi démissionne de la région Paca pour redevenir maire de Nice : discours et réactions

C.Estrosi ce lundi soir à Nice / © Pierre Olivier Casabianca
C.Estrosi ce lundi soir à Nice / © Pierre Olivier Casabianca

Coup de théâtre dans la vie politique régionale. Christain Estrosi, (LR) a annoncé ce lundi 8 mai qu'il démissionne de la présidence de la Région Paca. Il veut redevenir maire de Nice. Car il reste meurtri par l'attentat du 14 juillet. 

Par Jacques Paté & Anne Le Hars

Christian Estrosi vient de l'annoncer lors d'une conférence de presse à Nice. Il va démissioner de la présidence de la Région Provence -Alpes- Côte- d'Azur. Il souhaite redevenir maire de Nice, sa ville et Président de la Métropole.

La raison : il se dit "meurtri" par l'attentat du 14 juillet sur la promenade des Anglais et veut se réancrer dans sa ville comme premier magistrat. Le maire actuel de Nice, Philippe Pradal, a remis sa démission au Préfet ce soir.
Le Conseil municipal de Nice va se réunir pour l'élection de Christian Estrosi.

Christian Estrosi à Nice ce lundi 8 mai. / © Pierre Olivier Casabianca france 3
Christian Estrosi à Nice ce lundi 8 mai. / © Pierre Olivier Casabianca france 3

Ce dernier abandonne donc la Présidence de la Région Paca. Il explique que si il s'est présenté à la Région, c'était parce qu'il était le seul à pouvoir faire barrage au FN, et à Marion Maréchal-Le Pen.
Christian Estrosi coupe court également à toutes rumeurs, il ne veut pas de poste gouvernemental.

Estrosi démissionne de la région Paca pour redevenir maire de Nice / © poc France 3
Estrosi démissionne de la région Paca pour redevenir maire de Nice / © poc France 3

Il veut se réinvestir à Nice, ville dont il est fier, car la vilel a voté à 60% pour Emmanuel Macron. 200 Niçois participaient ce soir à l'annonce officielle.


Son discours à Nice ce lundi soir :

"Une élection présidentielle inédite a pris fin hier. Emmanuel Macron est le nouveau Président de la République française. Sa victoire nette et indiscutable est celle de toutes les forces démocratiques.
J’ai eu l’occasion hier de le féliciter et de lui adresser mes vœux de réussite car je souhaite, au-dessus de tout, le succès de mon pays.

Dans cette élection, j’ai, dès le premier jour, été fidèle à mes valeurs de gaulliste. J’ai appelé dans cette élection au rassemblement de toutes les forces démocratiques afin de combattre le Front national dont le programme mortifère est enfin apparu au grand jour au cours du débat d’entre deux tours.

Si je continue de penser que certains de ceux qui appartiennent à ma famille politique portent une lourde responsabilité dans l’échec de la droite en ayant refusé de changer de candidat lorsqu’il était encore temps, je veux remercier les habitants de notre région et plus particulièrement les Niçois qui, une fois de plus, nous ont fait confiance en refusant de voter pour l’extrême droite.

Dans la Région Provence-Alpes-Côte-D’azur, Emmanuel Macron a obtenu 55,5%. Tous les pronostics indiquaient que nous serions la seule région où Marine Le Pen serait en tête, elle a été battue. C’est une belle victoire des forces républicaines et démocrates de notre Région et je veux remercier les acteurs culturels qui se sont engagés à mes côtés à Avignon ainsi que le monde de l’entreprise qui a mis en garde contre les dangers du programme économique du FN.
Dans des fiefs du FN elle est également battue : au Pontet, à Cogolin, dans le département de Vaucluse, à Fréjus elle ne fait que 50,02% des voix….

Dans notre département des Alpes-Maritimes, en dépit de l’ambiguïté de la position exprimée par certains élus, Emmanuel Macron fait 55,4%

A Nice, enfin, alors que je me suis adressé à chaque Niçois à travers une lettre ouverte, Emmanuel Macron fait 60% soit -5 point que son score national là où en 2002 Jacques Chirac faisait 10 points de moins qu’au plan national.
Je veux dire aux Niçois que je suis fier d’eux. Notre ville s’est honorée hier en faisant le choix de Monsieur Macron contre Madame Le Pen.
Je note que sur les 3 circonscriptions niçoises Emmanuel Macron est en tête dans les 3 réalisant son meilleur score sur la 1ère circonscription avec 62%. C’est une victoire pour notre équipe municipale.

Dès aujourd’hui, nous devons tous nous mobiliser pour soutenir nos candidats aux élections législatives.
Pour ma part, je serai aux côtés de nos candidats qui ont eu un comportement exemplaire dans cet entre-deux tours, qui n’ont pas faibli face à la pression du Front national. Nous devons constituer à l’assemblée nationale un groupe de parlementaires le plus large possible animés d’un esprit constructif mais vigilant.
Il est de notre responsabilité de peser sur le nouveau Président de la République pour qu’il réforme la France dans le bon sens.

Je veux aussi, face à cette situation politique nouvelle, apporter une réponse à ceux qui s’interrogent sur la position qui a été la mienne dans cette élection.

Je suis gaulliste et je le reste. J’ai regretté de ne pas voir la droite gagner cette élection imperdable avec un programme et une équipe qui étaient très éloignés des préconisations que j’avais adressées à mon candidat.
Lorsque j’ai reçu Emmanuel Macron à Marseille par courtoisie républicaine, certains ont estimé que c’était un marchandage de poste.

Lorsque j’ai appelé à voter pour lui pour combattre le Front national, ces mêmes-là ont indiqué que c’était une forfaiture.
En réalité, dans cette élection, je suis resté moi-même et je n’avais que deux choses en tête : éviter à mon pays l’élection du Front national, éviter à ma ville un score élevé du Front national. Ces combats, je les ai gagnés. Comme j’ai remporté la région Provence-Alpes-Côte-d’azur en décembre 2015 ce qui était ma contribution à ma famille politique.

Alors, je vais le dire de manière très claire : ma seule ambition c’est de servir ma ville et ma Région, pas d’entrer au gouvernement.


Et mieux que de le dire, je vais le prouver.

Nous entrons dans un nouveau cycle politique et devant nouvelle étape, mon ami Philippe Pradal a remis au Préfet des Alpes Maritimes sa démission ce soir.

Je veux lui rendre hommage et le remercier pour son action à la tête de notre ville et pour la loyauté sans faille dont il a fait preuve. Il le sait : mon amitié est totale et nous avons encore beaucoup de chose à bâtir ensemble.
Avec Philippe, nous avons depuis 2014 fait un tandem dans un sens, puis dans l’autre. Et bien ce tandem va se poursuivre.
Nous allons donc réunir un Conseil municipal afin d’élire un nouveau Maire en début de semaine prochaine.
Alors que je viens de réunir la majorité municipale, l’unanimité des élus ont appelé à ma candidature en tant que Maire de Nice.
Je vais vous faire une confidence : cela ne m’a pas surpris.

Et je vais même vous dire, le 14 juillet 2016 a été pour moi, comme pour tous les Niçois, une meurtrissure. J’avais au fond de moi le sentiment que ma ville aurait besoin de moi afin qu’avec Philippe Pradal, nous puissions finaliser les commémorations du 14 juillet qui restera une plaie à vif jusqu’à mon dernier souffle.

A cette place, je pourrai avec Philippe et avec l’ensemble de l’équipe qui m’entoure, préparer l’arrivée du tramway et prendre des initiatives fortes pour que Nice soit enfin respectée par l’Etat et le nouveau gouvernement.

A cette place, je veux me battre pour que les 3 circonscriptions de notre ville restent proches de la majorité municipale et ne soient pas gagnées par le Front national.

A la Région, le programme sur lequel j’avais pris des engagements est sur les rails.
En 18 mois à la tête de notre région, nous avons considérablement modernisé notre territoire et surtout nous avons rétabli l’équité territoriale.
Plus de 80% des 250 engagements que nous avions pris ont été tenus ou sont en court de réalisation. (...)

Comme vous le voyez, le changement promis est déjà engagé.
Alors, concomitamment au conseil municipal, je démissionnerai donc mon poste de Président de Région pour redevenir le Maire de Nice.

Je continuerai à servir notre département et notre ville au sein du Conseil régional différemment mais soyez certains que mon ambition et mon amour pour Provence-Alpes-Côte-d’Azur demeurent intacts.


Il appartiendra à la majorité régionale que je réunirai demain de me choisir un successeur qui devra poursuivre avec moi et les autres élus la mise en œuvre de notre projet et de combattre sans relâche Marion Maréchal Le Pen qui est paradoxalement sans doute la gagnante de cette élection au Front national.

Je veux désormais m’adresser aux Niçois (...) Je veux les assurer que ce qui a guidé mon action hier, aujourd’hui et ce qui la guidera demain c’est leur bien-être. Et ni un poste au gouvernement, ni une autre proposition ne me fera changer d’objectif. Mon objectif, c’est résolument Nice. C’est toujours Nice."

Premières réactions :

 

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

L'enduro VTT - Série : les sports extrêmes en Côte d'Azur (4/4)

Près de chez vous

Les + Lus