VIDEO Consommation : Faut-il des légumes zéro-défaut dans les grandes surfaces ?

Un producteur d'ail de la Drôme recalé par la grande distribution pour des têtes d'ail pas assez parfaites organise une vente directe pour ne pas perdre sa récolte.

Ecœuré d'avoir eu sa marchandise refusée par les grandes surfaces, Gaël Blard, producteur d'ail bio à Montmeyran dans la Drôme a décidé de vendre sa production à la ferme. La cause : un défaut mineur sur les gousses . Il se retrouve avec 10 tonnes d'ail sur les bras. 

"Le moindre petit choc, on me les refuse. On les a mises de côtés car elles ont un tout petit défaut" 

Gaël Blard, agriculteur bio
durée de la vidéo : 00h02mn10s
Le kilo d'ail à 5 euros en vente directe plutôt que le gaspillage alimentaire ©France TV

L'agriculteur avait posté une vidéo sur les réseaux sociaux pour annoncer sa vente à la ferme et ne pas se résigner à voir toute sa production se perdre.  

Des clients solidaires 

"On cherchait justement un producteur d'ail bio dans le coin" s'enthousiasme un cliente et comme ils n'arrivent pas à écouler leur production ça arrange tout le monde" estime-t-elle. 

D'autres repartent avec des caisses pour toute la famille, jugeant le prix très intéressant pour eux "qui mettent de l'ail partout." 

"On a écoulé 500 kg donc sur les 10 tonnes c'est toujours ça.... L'idée c'est de limiter les dégâts" explique le producteur.  

Parmi les visiteurs, deux acheteurs inattendus, gérants d'un supermarché proche de la ferme. Tous deux ont été alertés par la vidéo postée par leur voisin et reconnaissent qu'il y a une uniformisation des produits sur les étals de la grande distribution pour répondre à une attende standardisée de la clientèle. 

Mais cela n'arrête pas les deux professionnels venus acheter 80 kg à revendre dans leur boutique : "nous voulons proposer un partenariat avec une marge infime pour mettre en avant les producteurs locaux et éviter le gaspillage". 

Plusieurs autres ventes seront organisées dans les semaines à venir à la ferme de Gaël Blard à Montmeyran. Il y a deux ans, ce dernier avait déjà décidé de donner toutes ses tomates à celles et ceux qui voudraient bien venir les cueillir car elles avaient été jugées trop mûres par les industriels. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité