Haute-Savoie : les ventes de reblochon stagnent à cause du confinement, la filière s'inquiète pour l'hiver à venir

A l'approche de l'hiver, les ventes de reblochon peinent encore à décoller à cause du confinement. L'impact reste mesuré pour la filière en Haute-Savoie, mais l'inquiétude commence à grandir.

Les ventes de reblochon restent timides alors qu'approche la grosse période de consommation. (Illustration)
Les ventes de reblochon restent timides alors qu'approche la grosse période de consommation. (Illustration) © Grégory YETCHMENIZA / MAXPPP
Si la vente de certains fromages s'est envolée pendant ce deuxième confinement, frisant la rupture de stocks pour la raclette, d'autres sont plus timides. C'est le cas pour celles du reblochon. La coopérative du reblochon fermier à Thônes (Haute-Savoie) accueille moins de clients qu'à l'accoutumée à l'approche de l'hiver. Même si elle peut compter sur ses clients fidèles, amateurs de tartiflette.

"J'achète toujours ici parce que je sais que c'est du fermier et je connais la provenance en plus. On a la qualité", juge un client de la boutique. Les ventes peinent à décoller alors que la période de grosse consommation approche.
 
"Par rapport à d'habitude, la fréquentation a diminué, note Virginie Bellès, responsable du magasin de la coopérative du reblochon fermier. Les gens respectent le confinement et de ce fait, on garde la clientèle locale proche et moins la clientèle plus écartée."
 
Haute-Savoie : les ventes de reblochon stagnent, la filière s'inquiète pour l'hiver à venir

 

Consommation saisonnière


Une légère diminution mais rien de comparable avec le premier confinement. Les ventes avaient chuté de 70% en avril. Quant aux commandes de la part de grossistes ou de fromagers, elles sont à la hauteur pour un mois de novembre.
 
Mais le reblochon est un produit à la consommation saisonnière et l'inquiétude commence à monter pour cet hiver. "La consommation de reblochon fermier est principalement la plus forte aux périodes les plus froides de l'année, donc à partir du mois de décembre jusqu'au mois de mars, à peu près", explique le directeur commercial de la coopérative du reblochon fermier, Marc Schely.

"Évidemment, si les confinements se reproduisent régulièrement, même pour nos activités, ça risque de causer des soucis", complète-t-il. Cet été, la sécheresse a ralenti la production. Conséquence, la coopérative reconstitue ses stocks. Mais la durée de vie des fromages est limitée jusqu'à six semaines après fabrication.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agro-alimentaire agriculture économie alimentation société confinement santé coronavirus/covid-19