Pourquoi les vins bio d’Auvergne ont la cote

Selon une étude Vinexpo/IWSR de mai 2019, la consommation à l'échelle mondiale de vin bio pourrait doubler d'ici 2020. / © GEORGES GOBET / AFP
Selon une étude Vinexpo/IWSR de mai 2019, la consommation à l'échelle mondiale de vin bio pourrait doubler d'ici 2020. / © GEORGES GOBET / AFP

Alors que les foires aux vins battent leur plein, les consommateurs semblent de plus en plus attirés par le bio. Un engouement dont les vins d’Auvergne profitent également.
 

Par Catherine Lopes

Chaque année, les foires aux vins constituent un rendez-vous attendu par les professionnels et les consommateurs. Pour cette année, les appellations qui ont pris le virage bio semblent tirer leur épingle du jeu. Un engouement qui profite aussi aux vins bio d’Auvergne. Claudine Tisserand, productrice de vin issu de l'agriculture biologique à Monétay-sur-Allier, dans l’Allier, explique : « L’embellie est certaine. Les grandes et moyennes surfaces nous demandent des cuvées spécifiques. Pour Carrefour, les commandes ont doublé cette année par rapport à l’an passé ». 

Chez Carrefour, au plan national, la foire aux vins d’automne 2018 avait représenté un chiffre d’affaires de 103 millions d’euros, soit un quart des ventes annuelles du rayon.

Une région dynamique

Stéphane Alberti, élu meilleur caviste de France en 2014, confirme l’attrait pour les vins auvergnats issus de l’agriculture biologique : « Le demande de nos clients est de plus en plus forte en bio voire en biodynamie. Cela se répercute sur les vins de notre région. L’Auvergne est très dynamique sur ce point. Rien que sur les Côtes d’Auvergne, de petits vignobles, la moitié des vignerons indépendants sont en agriculture biologique. En pourcentage, cela fait de l’Auvergne une des régions française où il y a le plus de bio ».
Le vin biologique respecte les principes et réglementations de l’agriculture biologique. L’agriculture biologique se caractérise par la non-utilisation de produits chimiques de synthèse et d’OGM, le recyclage des matières organiques et la lutte biologique basée notamment sur des méthodes préventives. Le vin biodynamique, quant à lui, a pour objectif de réhabiliter, dynamiser et intensifier l’ensemble de la vie organique de l’environnement de la vigne. La démarche des vins biodynamiques est donc d’intensifier les échanges naturels entre la vigne et son milieu pour obtenir un meilleur développement des raisins.

La santé comme principal argument

Stéphane Alberti poursuit : « Si le consommateur se tourne vers le bio c’est parce que l’on est sur la mode du bien manger, du bien boire. La santé est un argument imparable. Du coup les vignerons ont flairé ce phénomène. Attention, il faut distinguer le vigneron qui passe en bio par conviction et ceux que j'appelle les biopportunistes. Ces derniers ont trouvé le moyen de s’acheter une virginité ».
La conviction, ce n’est pas ce qui manque chez Gilles Persilier, vigneron installé à La Roche-Blanche, dans le Puy-de-Dôme.

Il raconte : « Je suis vigneron depuis 1995 et je suis passé au bio en 2009. Pourquoi suis-je passé à l’agriculture biologique ? Je pense qu’il faudrait poser la question à ceux qui ne le font pas. J’ai l’impression d’être quelqu’un de normal ». Même son de cloche chez Claudine Tisserand : « On va encore plus loin que le bio. On est en passe d’obtenir le label Nature et progrès, avec un cahier des charges encore plus contraignant. Si on est passé au bio en 2006 c’est par conviction pour les générations futures. On l’a fait par souci de santé, la nôtre, celle de nos salariés et celle de nos clients ».

Pas plus chers que les vins de l'agriculture conventionnelle

Les vins bio ne sont pas pour autant plus chers que les vins issus de l’agriculture conventionnelle. Stéphane Alberti affirme : « Les vignerons convertis au bio n’ont pas forcément augmenté leur prix de vente, même s’ils ont souvent un surcoût de main d’œuvre. Je propose des vins bio à 7 euros ». Selon une étude Vinexpo/IWSR publiée en mai 2019, la consommation à l’échelle mondiale de vin bio ne cesse de progresser et pourrait même doubler d’ici 2020. Le vin bio affiche un taux de croissance annuel moyen de 14,1 % sur la période 2012-2017, et un taux estimé à 9,2 % pour la période 2017-2022.

 

Sur le même sujet

Les + Lus