Le CHU de Dijon met aux enchères son mobilier ancien

Une vente exceptionnelle des objets et mobiliers de l'ancien Hôpital Général se tiendra samedi 1er décembre 2012, à partir de 14h15 à l'Hôtel des Ventes Cortot-Vregille-Bizouard, 44 rue de Gray à Dijon. 

Après plus de 8 siècles d'activité, l'Hôpital Général fermera progressivement ses portes laissant derrière lui les objets et mobiliers accumulés. Le CHU de Dijon, s'interrogeant sur le devenir de son patrimoine, a donc souhaité, après sélection, organiser une vente aux enchères publique d'une partie de ses objets. Celle-ci se tiendra le samedi 1er décembre 2012, à partir de 14h15, à l'Hôtel des Ventes Cortot-Vregille-Bizouard, au 44 rue de Gray à Dijon.

Le catalogue des ventes est disponible sur le site du CHU de Dijon.

Le patrimoine du CHU se compose de plusieurs types de biens : immeubles, terres, forêts, vignes, mobiliers. Parmi ces biens mobiliers, on distingue :

  • la collection d’objets d’art et d’histoire achetés par l’hôpital pour les malades ou les soignants religieux puis laïcs ou transmis par dons et par legs.
  • la collection des objets du quotidien dont la valeur relève du domaine ethnologique. C’est le cas par exemple des meubles, des ustensiles de cuisine, du matériel de secrétariat, des outils de menuiserie, etc. Tous ces objets usuels témoignent des métiers hospitaliers et de leurs évolutions.
  • la collection des objets scientifiques et techniques qui se structure suivant les différents domaines de la recherche.
  • la collection des objets médicaux qui se matérialise également suivant les différentes spécialités existantes.
Bien entendu, la notion d’objet « patrimonial » intervient avec le temps et les objets récents conservés ont un statut transitoire mais les pots à pharmacie, les clystères et les palettes à saigner sont devenus des objets du patrimoine car ils ont un jour été mis en réserve…



Reportage d'Isabelle Rivierre et  Sylvain Bouillot avec :
-Me Hugues Cortot, commissaire-priseur
-Adeline Rivière, chargée des collections patrimoniales - CHU de Dijon


Pourquoi une vente aux enchères publiques ?

Le Centre Hospitalier Universitaire de Dijon n’ayant ni la vocation ni les moyens d’entretenir tous les objets dont il est légataire, il réalise actuellement, en étroite collaboration avec le Service des Monuments Historiques et l’Agence Régionale de Santé, un tri raisonné de ses collections. Pour le CHU, ce tri consiste à conserver :

  • La totalité des objets protégés au titre des Monuments Historiques. Il a été acté que la quasi-totalité de ces objets sera progressivement mise en dépôt aux musées d’Art Sacré et de la Vie Bourguignonne, rue Sainte Anne à Dijon.
  • Les objets ayant un lien direct avec l’histoire de l’établissement. Ils seront conservés par l’hôpital dans une réserve présentant des conditions de conservation ad’ hoc.
  • Un exemplaire par série lorsque le CHU dispose de plusieurs mêmes objets.
Les objets non sélectionnés seront aliénés lors d’une vente aux enchères publiques qui se tiendra à la fin de l’année (courant décembre). Les bénéfices de cette opération seront alloués à la conservation et la valorisation du patrimoine mobilier. Les  objets ainsi vendus pourront poursuivre leur histoire et connaitre une mise en valeur (restauration et/ou exposition) ce que le CHU ne peut leur offrir.

Informations pratiques

La vente aux enchères se tiendra le samedi 1er décembre 2012 à partir de 14h15 à l'Hôtel des ventes situé 44 rue de Gray. L'exposition des objets précédent la vente se tiendra dans ce même lieu le vendredi 30 novembre de 14h à 18h30 et le samedi 1er décembre de 10h à 12h.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité