Rachida Dati : “Vous ne trouvez pas que j'ai assez d'emmerdes !”

© CC-BY-NC-SA via Flickr by Ammar Abd Rabbo
© CC-BY-NC-SA via Flickr by Ammar Abd Rabbo

L'eurodéputée Rachida Dati, qui est originaire de Saône-et-Loire, est candidate à la primaire UMP qui va désigner le candidat de la droite aux municipales de 2014 à Paris. Cela fait six candidats en lice pour le moment.

Par B.L.

Rachida Dati est prête à travailler avec NKM

Rachida Dati, maire UMP du VIIème arrondissement de Paris, se dit prête à travailler avec Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est la favorite de cette compétition interne à l'UMP. "Avec Nathalie, nous avons toujours été proches, nous ne sommes pas rivales (...) elle est assez intelligente pour savoir que nous n'avons aucun intérêt à des attaques frontales", dit Rachida Dati.

Rachida Dati a des "relations cordiales avec Jean Tiberi"

Un sujet épineux sépare pourtant déjà les deux femmes : Nathalie Kosciusko-Morizet a dit à plusieurs reprises qu'elle ne souhaitait pas voir des élus "lourdement condamnés" se représenter. NKM faisait référence notamment au cas de l'ancien maire de Paris, Jean Tiberi.

Sur ce point, Rachida Dati observe une extrême prudence. "Il a fait un recours, attendons l'issue du recours (...) la condamnation n'est pas définitive", dit l'ex-Garde des Sceaux qui a des "relations cordiales avec Jean Tiberi". Ce dernier s'est pourvu en cassation contre sa condamnation dans l'affaire des faux électeurs du Ve  arrondissement.

Devant les questions insistantes sur le cas Tiberi, Rachida Dati a déclaré vendredi 5 avril 2013 sur RMC-BFMTV : "Vous ne trouvez pas que j'ai assez d'emmerdes !" "Je ne suis jamais tranquille ! Même quand je ne dis rien ou ne fais rien, parfois on dit que j'ai dit ou que j'ai fait", a-t-elle ironisé.

Un vote électronique à 3 euros par votant

La date-limite du dépôt des candidatures a été repoussée au 9 avril. Le principe des primaires avec un vote électronique à 3 euros par votant "a été validé" par le comité stratégique. Cette primaire sera une première pour l'UMP, qui reprend l'initiative du PS lancée par le PS en  2011. La primaire socialiste avait donné un élan décisif à la campagne présidentielle de François Hollande, grâce à la participation de quelque trois millions d'électeurs dans toute la France.

Sur le même sujet

Les + Lus