• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Saône-et-Loire : un homme s'immole par le feu dans la nuit de vendredi à samedi près de Solutré, son épouse est retrouvée étranglée

L'homme s'est immolé par le feu, son véhicule retrouvé en bordure de la RD31, proche de Chasselas, sur la commune de Solutré.
L'homme s'est immolé par le feu, son véhicule retrouvé en bordure de la RD31, proche de Chasselas, sur la commune de Solutré.

Un homme de 44 ans est mort en s'immolant par le feu dans la nuit de vendredi à samedi, au bord d'une route, sur la commune de Chasselas, près de Solutré en Saône-et-Loire, Vers 2h15, les pompiers, alertés par un automobiliste, n'ont pu secourir la victime, retrouvée en bordure de la RD 31.

Par F.L. (avec AFP)

Une lettre d'adieu, son épouse étranglée
Selon les premiers éléments de l'enquête, ouverte par le parquet de Mâcon, l'homme originaire de Villefranche-sur-Saône (Rhône), aurait laissé une lettre pour expliquer son geste.
L'épouse de cet homme a été retrouvée étranglée au domicile du couple,à Glaizé, près de Lyon.
Cette femme de 34 ans, dont le corps "portait des traces de strangulation", a été découverte samedi matin par les enquêteurs, au domicile du couple, parents de trois enfants, à Glaizé (Rhône), quelques heures après la découverte du corps carbonisé du mari en bordure de route en Saône-et-Loire.
Selon une source proche de l'enquête, le couple n'était pas en instance de séparation, et leurs trois enfants étaient gardés par des membres de la famille.
Dans les documents laissés par le mari,il n'y aurait aucune référence au meurtre de son épouse.

Drame familial
La thèse d'un drame familial ne semble toutefois guère faire de doute. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale du Rhône et les autopsies devraient avoir lieu lundi dans la journée.
Selon la source proche de l'enquête, le couple n'était pas en instance de séparation.
Samedi, les enquêteurs entendaient le voisinage du couple ainsi que les membres de la famille pour tenter de comprendre ce qu'il  s'est passé.
"Même si l'action publique est éteinte, du fait de la mort du mari, meurtrier présumé de son épouse, il faut toutefois faire la lumière sur toutes les facettes du dossier", assurait encore la source proche de l'enquête.


Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus