• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

La cuve du futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville a été fabriquée en Saône-et-Loire

Le chantier du réacteur EPR de Flamanville, le 20 juin 2013. / © Charly Triballeau / AFP
Le chantier du réacteur EPR de Flamanville, le 20 juin 2013. / © Charly Triballeau / AFP

La cuve du futur réacteur nucléaire de 3e génération EPR est arrivée sur le site de  Flamanville, dans la Manche, lundi 7 octobre 2013. Cette cuve en acier spécial a été fabriquée par Areva dans son usine de Chalon/Saint-Marcel.

Par B.L.


Depuis les années 1970, le site de Saint-Marcel a livré plus de 300 générateurs de vapeur qui équipent 106 réacteurs dans 11 pays. L'usine de Saône-et-Loire réalise plus de 40% de son chiffre d'affaires à l'export, notamment grâce à la fabrication de composants pour les EPR.

La cuve de tous les superlatifs

La cuve du futur EPR de Flamanville affiche des dimensions imposantes : elle pèse 425 tonnes pour 7 mètres de diamètre extérieur et 11 mètres de hauteur. Elle est surdimensionnée par rapport à la cuve d'un réacteur classique : d'une part à cause de la puissance surélevée de l'EPR (1 650 mégawatts, contre 1 100 en moyenne pour le parc nucléaire français existant), et d’autre part car des dispositifs de sûreté renforcés sont intégrés dans le réacteur.

Son transport jusqu'à la presqu'île du Cotentin a nécessité un long détour par la Méditerranée. Elle a été amenée par barge sur la Saône et le Rhône jusqu'à Fos, dans les Bouches-du-Rhône. De là, elle a embarqué sur un cargo jusqu'à Cherbourg en passant par le détroit de Gibraltar, et enfin elle a rejoint Flamanville sur une barge.


L'installation est prévue pour cet hiver  

"La prochaine étape sera l'installation de la cuve à l'intérieur du bâtiment réacteur, qui interviendra cet hiver. Le montage d'autres composants majeurs comme les générateurs de vapeur et les pressuriseurs suivra début 2014. Et nous avons déjà effectué la moitié du montage électromécanique", explique Antoine Ménager, le directeur du chantier.

Puis, "une fois les composants du circuit primaire assemblés, nous pourrons commencer les essais. Les essais d'ensemble du réacteur sont prévus en 2015-2016, en vue d'une première production d'électricité en 2016", assure le directeur du chantier. Il confirme, comme l'avait déjà fait EDF, que la vanne qui avait été installée à l'envers par une équipe d'Areva, n'avait pas eu de conséquence sur le déroulement du reste du chantier

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des jeunes au service de nos aînés

Les + Lus