Saône-et-Loire : trois-pompiers de Chagny comparaissent pour violence en réunion

En juin 2012, ils avaient «humilié» un de leurs collègues dans les locaux même de la caserne. Les trois sapeurs-pompiers ont reconnu les faits. Ils comparaissent ce matin sous la procédure du «plaider-coupable».

Les faits se sont produits dans la caserne de Chagny.
Les faits se sont produits dans la caserne de Chagny. © France 3 Bourgogne
Crâne tondu, arrosé d’eau froide, balade en slip, puis mis à nu dans une position humiliante devant tout le monde … Voici quelques scènes humiliantes qu’a subies la victime, un sapeur-pompier de 26 ans, lors d’une soirée festive qui a tourné en bizutage.

L’affaire a été rendu publique par le colonel des soldats du feu lui-même, le colonel Marlot. En jouant la carte de la transparence, il dévoile les faits à la presse. Il décrit la scène comme un « chahut ». Un chahut malsain.

L’avocat de la victime, Me Claude-Antoine Vermorel parle de pratiques d’un autre temps et estime que le plaider-coupable n’est pas adapté à la gravité des faits. « Le plaider-coupable, ça prive de débats, c’est très frustrant ». Le conseil avait d’ailleurs écrit au procureur de Chalon pour lui demander de requalifier sa position et de fixer une audience en correctionnelle.

Ce dossier serait une première dans le département de la Saône-et-Loire à prendre une tournure pénale. Car les trois accusés ont déjà comparu une première fois. Ce matin ils étaient convoqués devant le procureur de la République, Christophe Rode, qui leur proposera une peine.

Commentaire de Maryline Barate. Sujet complet dans notre édition de 19h.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter