Cet article date de plus de 7 ans

Jean-Yves Caullet : "L'Office national des forêts ne prévoit pas de créations de postes pour 2014"

L'Office national des forêts (ONF) ne prévoit pas de créer de postes en 2014. Mais, l’organisme promet de répondre au "profond malaise" des salariés, dit le président de l’ONF, qui est aussi député-maire PS d'Avallon dans l’Yonne.

Les créations de postes ne sont "pas à l'ordre du jour aujourd'hui", mais les réductions d'effectifs devraient pouvoir être "modulées" en 2014, a déclaré le président du conseil d'administration de l'ONF, Jean-Yves Caullet, lors de ses voeux à la presse à Paris mardi 21 janvier 2014.

Le "profond malaise des personnels"

Mi-décembre, le premier syndicat de l'ONF avait dénoncé "une politique de l'emploi néfaste" et le "profond malaise des personnels". Cinq suicides ont eu lieu en 2013 au sein de l'établissement.
En avril, au lendemain de l'annonce de deux suicides de forestiers, l'office avait engagé une "grande négociation" avec les syndicats pour lutter contre de tels drames. Les syndicats pointent le Contrat d'objectifs 2012-2016 signé avec l'Etat, qui prévoit plus de 600 suppressions de postes.

Les suppressions de postes pourront être "modulées"

Cette négociation a débouché sur un plan d'action pour améliorer les difficultés des employés pendant les deux années à venir, en attendant que le Contrat d'objectifs soit renégocié en 2015, ont expliqué les dirigeants. D'ici là, les suppressions de postes pourront être "modulées" en fonction des besoins des différents services, a précisé Jean-Yves Caullet.
En outre, l'ONF bénéficiera en 2014 d'une dotation supplémentaire de 30 millions d'euros de la part de l'Etat, un signe qu'il y a une "vraie prise en compte par l'Etat de la nécessité de financer correctement un établissement public comme l'Office", a-t-il souligné.



L'ONF a perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans

"Le monde forestier est un monde qui vit dans la durée, avec une haute conscience de la mission patrimoniale de sauvegarde de la forêt. Des discours très productivistes comme celui du précédent président (de l'ONF) ont pu" faire naître des "craintes", reconnaît Jean-Yves Caullet.
L'ONF a perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans, il compte aujourd'hui 9 500 agents dont 6 300 fonctionnaires. Trente et un suicides avaient été recensés depuis 2005, selon les syndicats, dont six en 2011.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt social