• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Les intermittents interpellent Rebsamen : une journée d'action a lieu le 25 avril

Marche pour la culture organisée à Paris le 10 février 2014 pour dénoncer les baisses de budget du ministère et des collectivités en faveur de la culture / © /MAXPPP
Marche pour la culture organisée à Paris le 10 février 2014 pour dénoncer les baisses de budget du ministère et des collectivités en faveur de la culture / © /MAXPPP

Les intermittents du spectacle appellent à une nouvelle journée d'action contre l'agrément du nouvel accord sur l'assurance-chômage, vendredi 25 avril à Bourges (où se tient le Printemps de Bourges), à Paris et en régions. A Dijon, le réalisateur Franck Halimi est en grève de la faim depuis 47 jours.

Par B.L. avec l'AFP


"Nous interpellons le gouvernement et en particulier le nouveau ministre du travail François Rebsamen (...) pour que le texte ne soit pas signé", indique la CGT Spectacle.
Une "Marche pour la culture" avait eu lieu mercredi 12 mars 2014 à Dijon et dans toute la France pour dénoncer les coupes budgétaires et les menaces pesant sur le régime des intermittents du spectacle. A cette occasion, François Rebsamen avait assuré les professionnels de la culture de son soutien. C'est aussi le cas de Laurent Grandguillaume, député PS de la 1re circonscription de Côte-d'Or, qui fait partie du comité de suivi qui tente de revenir sur l'accord du 22 mars dernier. "Il faut trouver une sortie par le haut de ces crispations et de cette colère", dit le député dijonnais.

Un metteur en scène dijonnais en grève de la faim

Lors de ce rassemblement, Franck Halimi, metteur en scène dijonnais et membre de la coordination des intermittents et précaires, a annoncé avoir entamé une grève de la faim depuis le dimanche 9 mars, à 22h. "Cela durera tant que les négociateurs de l’Unédic n’opèreront pas sur une base juste", a-t-il déclaré. "Je suis prêt à mettre mon intégrité physique en jeu, pour que l’on parle enfin précisément et justement de la condition des intermittents et de celle de tous les précaires", a-t-il assuré.

32e jour de grève de la faim pour un metteur en scène dijonnais

Reportage de Michel Gillot et Jean-Louis Saintain avec :
  • Franck Halimi, réalisateur et comédien
  • Laurent Grandguillaume, député de Côte-d'Or (PS)


Que demandent les intermittents ?

Les intermittents contestent la mise en place dans l'accord de "dispositions sorties du chapeau", notamment un nouveau calcul du différé d'indemnisation "qui accroît les délais d'indemnisation pour les bas et moyens revenus, soit la très grande majorité des salariés intermittents du spectacle". 

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a annoncé qu'elle avait demandé une "étude d'impact" sur cette mesure. "J'ai convenu avec François Rebsamen qu'on va se voir extrêmement rapidement pour pouvoir en tirer les conséquences, et le cas échéant alerter les partenaires sociaux sur les conséquences dramatiques que cela pourrait avoir sur certains artistes ou certains techniciens", a indiqué la ministre.

L'accord sur l'assurance chômage adopté le 22 mars dernier a préservé les annexes 8 et 10 qui fondent le régime des intermittents, tout en imposant des mesures d'économie. Par ailleurs, cet accord n’a repris ni les propositions avancées par la profession, ni les préconisations du Comité de suivi réunissant parlementaires et professionnels, auquel participait François Rebsamen avant son entrée au gouvernement. La procédure d'agrément par le ministère du Travail s'étend jusqu'en juin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Signature du plan Schuman le 18 avril 1951

Les + Lus