Réserve ministérielle : on n'est jamais aussi bien servi que par soi même !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eric Sicaud

Le ministère de l'Intérieur a publié la liste des subventions qu'il a octroyées au titre de la "réserve ministérielle" en 2012 et en 2013. Les dossiers sont transmis par des personnalités publiques qui en font généralement profiter leur terre d'élection, y compris en Bourgogne.

Bizarre, vous avez dit bizarre? En 2012, année où la droite était au pouvoir jusqu'en mai, seules des personnalités UMP ou UDI ont obtenu des subventions au titre de cette "réserve ministérielle".

Ainsi, la Côte-d'Or a obtenu un total de 550 000 euros, sur la demande de François Sauvadet président du conseil général et alors ministre de Nicolas Sarkozy et d'Alain Houpert, sénateur UMP. 31 opérations ont ainsi été financés... le plus gros budget (92.000 euros) allant à l'installation d'une nouvelle alimentation du réservoir de la Tournelle depuis le captage de Millière à Flavigny-sur-Ozerain, subvention plaidée par François Sauvadet.

En Saône-et-Loire, seul le projet d'aménagement des abords de la salle événementielle de Mâcon a reçu une subvention : 200.000 euros reçus grâce à l'intervention de Jean-Patrick Courtois, sénateur UMP et... maire de Mâcon.

De même, dans l'Yonne, Henri  de Raincourt, alors ministre, a pu obtenir 164.500 euros pour 4 projets différents.

A noter que la Nièvre, dont tous les parlementaires sont socialistes, n'a rien obtenu.

En 2013, le rapport s'est inversé mais les sommes ont fondu!


En Côte-d'Or, seul le député PS Laurent Grandguillaume a obtenu une aide (34.500 euros) pour l'extension de la halte-garderie de Velars-sur-Ouche... dont le maire est cependant UMP.
La Nièvre a reçu exactement la même somme (34.500 euros) pour 3 projets, après demandes des député et sénateur socialistes Christian Paul et Gaëtan Gorce.
En Saône-et-Loire, on notera que le maire de Céron est directement intervenu pour le co-financement des travaux d'un bâtiment communal, ce qui lui a permis de recevoir 88.000 euros. Le député Philippe Baumel, lui, a obtenu 65.000 euros pour deux autres réalisations à Ciel et à la Chapelle-sous-Uchon.

Enfin, seule exception en Bourgogne, un député de droite a obtenu un financement malgré un pouvoir en place de gauche : en 2013, le député UMP de l'Yonne Guillaume Larrivé a pu faire débloquer 105.000 euros, pour 3 dossiers, notamment pour l'aménagement de la place du marché de Saint-Sauveur-en-Puisaye (50.000 euros).