Cet article date de plus de 6 ans

Des Bourguignons manifestent pour demander un cessez le feu à Gaza

Quelques centaines de personnes ont défilé cet après-midi un peu partout en France, dont Dijon et Auxerre, avec pour mot d'ordre l'arrêt de l'"agression israélienne" et la "levée" du blocus de Gaza,
Environ 150 personnes ont manifesté à Dijon. Le mouvement était lancé par le Collectif  21 pour une paix juste et durable en Palestine et Israël. pour obtenir que le gouvernement  français et l'Union européenne fassent pression en remettant en cause  par exemple les accords économiques privilégiés avec Israël. Les manifestants étaient un peu moins d'une centaine à Auxerre

   Le reportage à Dijon de P. Ringenbach, J.L. Saintain et R. Edgell
   Avec: 
   - Yves Hollinger du collectif 21 pour une paix juste et durable
                                  entre israeliens et palestiniens
   - Yvette André de l'Union juive française pour la paix

durée de la vidéo: 01 min 16
Manifestation pour la paix



Des rassemblements dans toute la France

D'autres rassemblements de soutien ont eu lieu à Paris, Marseille, Strasbourg, Lille, Lyon, Nantes, Angers, Orléans, Quimper, Vannes et Châlons-en-Champagne. A Paris, la manifestation est organisée à l'appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre
Palestiniens et Israéliens. Quelques militants du nouveau Parti anticapitaliste (NPA) étaient visibles dans le cortège. 

"Tout le monde se fiche de cette guerre"

A Paris, le cortège a défilé de la place Denfert-Rochereau aux Invalides. Une dizaine de jeunes, vêtus de t-shirts jaunes, avaient disposé en tête de cortège des mannequins représentant des cadavres et mimé des enfants apeurés sous le bruit des bombes. La manifestation était autorisée, mais un important dispositif de sécurité avait tout de même été déployé. "Quand on vise des enfants, c'est qu'on ne veut pas qu'il y ait un avenir pour ce pays, la Palestine. Si elle disparait, il n'y aura plus de place pour la liberté", s’est désolé Mahmoud, 20 ans, étudiant en physique-chimie à Paris. "On a l'impression que tout le monde se fiche de cette guerre", a ajouté le jeune homme qui a participé à tous les rassemblements depuis le début de la mobilisation à Paris, début juillet.

Les raisons de la colère

L'opération "Bordure protectrice", déclenchée le 8 juillet par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes et détruire le réseau de tunnels servant à des incursions sur son territoire, a tué plus de 1.900 Palestiniens, dont des centaines d'enfants, selon les secours palestiniens. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation politique religion société