Des pharmacies de Saône-et-Loire vont suspendre leur tour de garde dès jeudi

Face à des pharmacies de plus en plus fragilisées économiquement, la profession en Saône-et-Loire monte au créneau. Une journée de grève est prévue le 30 septembre, et des tours de garde vont être suspendus dès jeudi.

Pourquoi les pharmaciens sont en colère ?


La pilule a du mal à passer pour les pharmaciens de Saône-et-Loire. Ils s’opposent aux conclusions du rapport de l’IGF (Inspection Générale des Finances) et au projet de loi sur la croissance et le pouvoir d’achat qui proposent d’ouvrir le monopole pharmaceutique. Ce projet permettrait la liberté d’installation et des chaînes de pharmacie.

Les pharmaciens s’opposent à la vente en GMS (grande moyenne surface) en avançant que « le médicament n’est pas un bien de consommation courante ». Selon eux, en Suède, le nombre de décès liés au paracétamol depuis sa libéralisation a doublé passant de 621 morts en 2009 à 1161 l’an passé.

Craintes économiques, et lien rural


Il ont également des craintes économiques. Suite aux baisses des prix de certains médicaments, les pharmacies se fragilisent de plus en plus. Avec une dérèglementation du monopole et une ouverture du capital, elles risquent d'être encore plus déstabilisées.

Ces pharmacies souvent situés en milieu rural sont une dernière présence parfois dans un désert médical. La profession se mobilise dans le département : « Nous avons déjà suffisamment de déserts médicaux pour ne pas ajouter de déserts pharmaceutiques ».

Quelles actions ?


Plusieurs actions sont programmées. D’abord, une campagne de sensibilisation dans les officines. Avec une pétition contre le passage des médicaments de prescription facultative en grande surface. Ensuite, à partir du jeudi 25, les pharmacies qui le souhaitent suspendront de façon illimitée leur tour de garde. Un mouvement qui s’annonce suivi. Enfin, le mardi 30, toutes les officines de Saône-et-Loire seront fermées. Celles réquisitionnées seront bloquées, et seules les urgences seront honorées. 90 % des pharmaciens se seraient engagés dans ce mouvement.

Voir le reportage de Damien Boutillet et Romy Ho-a-Chuck avec :
- Sophie (pharmacienne)
-Christophe Petit (Co-président du syndicat des pharmaciens de Saône-et-Loire)

durée de la vidéo: 01 min 56
Pharmaciens en colère

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter