Cet article date de plus de 7 ans

Autun : les nouvelles technologies viennent au secours des archéologues

Depuis quelques mois, une équipe interdisciplinaire tente de reconstituer un immense puzzle : 1200 fragments de marbre qui constituent un texte antique qui donnerait une nouvelle preuve du rôle majeur d’Autun à l’époque gallo-romaine.
Le travail est mené au Centre archéologique d'Autun sur des morceaux de marbre trouvés en 1839 dans la cave d’un Autunois, des fragments d’un texte sur lequel apparaissent les noms d’empereurs romains du 1er siècle après Jésus-Christ. Devant la complexité du puzzle que constituent ces 1200 fragments, les recherches avaient été mises de côté. Les nouvelles technologies devraient permettre, aujourd’hui, d’y voir plus clair.

Ces fragments sont faits du même marbre que le Parthénon sur l'Acropole

Des ingénieurs ont donc intégrés l’équipe d’archéologues et d’historiens. Des membres du laboratoire informatique et image de l’IUT du Creusot qui ont d’abord dû créer un outil pour numériser en 3D les fragments. La 2ème étape consiste à concevoir ensuite un outil pour assembler les morceaux. Un travail de longue haleine car si la numérisation ne devrait prendre « que » quelques semaines, la reconstitution du puzzle devrait être beaucoup plus longue.
Les fragments sont constitués d’un marbre grec utilisés également dans la construction du Parthénon à Athènes. Ils sont des documents exceptionnels car rarissimes hors de la zone romaine. Ils pourraient s’agir de décrets impérieux ce qui donneraient une preuve supplémentaire de l’importance de la ville d’Augustodunum, une des capitales de la Gaule romaine.

Le reportage de Michel Gillot, Cécile Claveaux et Gabrielle Guillot avec :

durée de la vidéo: 02 min 14
Les nouvelles technologies au service des archéologues à Autun

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie sciences technologies histoire insolite