Cet article date de plus de 6 ans

Qui pour remplacer Pierre Moscovici ?

La démission, hier, de Pierre Moscovici de son siège de député entraîne la tenue d'une élection législative partielle dans la quatrième circonscription du Doubs. Plusieurs candidats briguent le poste et notamment deux pour le seul Parti socialiste.
© PATRICK KOVARIK / AFP
Une nouvelle élection législative partielle se tiendra dans un délai maximal de trois mois dans la 4e circonscription du Doubs. C'est la conséquence directe de la démission de Pierre Moscovici de son siège de député. L'enjeu est important puisque la gauche risque de perdre un nouveau siège à l'Assemblée nationale.

Plusieurs candidats briguent le poste

- Frédéric Barbier (PS) : député suppléant de Pierre Moscovici. Il a remplacé celui-ci pendant près de deux ans quand le député titulaire était ministre de l’Economie. Vice-président du conseil général du Doubs, Frédéric Barbier est élu du canton de Pont-de-Roide.

- Denis Sommer (PS) : le premier vice-président du conseil régional en charge de l’Economie est maire de Grand-Charmont, une commune du Pays de Montbéliard.

Charles Demouge (UMP): déjà candidat en 2012, le maire de Fesches-le-Chatel est également conseiller régional.

Sophie Montel (FN): la conseillère régionale a été élue députée européenne en juin, ce qui l’a amenée à quitter son siège de conseillère municipale d’opposition à Montbéliard, où elle avait été élue en mars.

- Ismaël Boudjekada (SE): à 19 ans, il s’est déjà présenté à plusieurs scrutins, obtenant des scores confidentiels aux européennes et aux municipales à Besançon.

- Le Parti communiste français « sera présent », assure son responsable départemental Thibaut Bize. Le PCF discute avec d’éventuels partenaires (Europe- Ecologie-Les Verts, Nouvelle Donne) pour présenter un candidat commun.

Retrouvez toutes les analyses politiques sur notre blog.

Reportage de Jérémy Chevreuil et Laurent Brocard

durée de la vidéo: 02 min 22
Election 4e circonscription du Doubs



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique pierre moscovici