Foot : François Rebsamen défend le club de Dijon dans l’enquête sur les soupçons de matches truqués

Le ministre du Travail, François Rebsamen, ancien maire de Dijon de 2001 à 2014, se dit persuadé de l'innocence du club de foot de Ligue 2 de Dijon, dans l'enquête sur des soupçons de matches de football truqués. 


L'entraîneur de Dijon, Olivier Dall'Oglio, a été interpellé mardi 18 novembre 2014 dans le cadre de cette affaire. Le coach du Dijon FCO est toujours en garde à vue mercredi 19 au matin.

L'affaire se concentre plus particulièrement sur Nîmes (club de Ligue 2) dont l'actionnaire principal, Serge Kasparian, est écroué dans l'affaire du cercle de jeux clandestins Cadet, à Paris.

Mais Dijon se retrouve dans la tourmente, en tant qu'adversaire des Gardois lors de la précédente saison du Championnat de France de deuxième division.
Nîmes flirtait avec la relégation en division inférieure. La police soupçonne les dirigeants nîmois d'avoir proposé aux Bourguignons de les laisser gagner lors du match retour, en échange d'une contrepartie financière.

"A Dijon, Nîmes a perdu 5 à 1" le 25 avril dernier, a rappelé François Rebsamen. "Donc pour un club qui veut se sauver... C'est pas le résultat qui permet de se sauver", a-t-il ajouté.

A la question, le résultat est-il la preuve de l'innocence de Dijon ? "Absolument", a répondu le ministre du Travail, qui était interrogé sur France Inter mercredi 19 novembre 2014.