• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : une journée pour lutter contre les violences faites au femmes

Le 39 19 « Violences Femmes info » est le numéro de référence d’écoute à destination des femmes victimes de tous types de violences. / © Ministère des Droits des Femmes
Le 39 19 « Violences Femmes info » est le numéro de référence d’écoute à destination des femmes victimes de tous types de violences. / © Ministère des Droits des Femmes

Par M. Ba

Chaque année, en France, plus de 216 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. 86 000 femmes indiquent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol. Seules 10% d’entre elles déposent plainte. Ces chiffres montrent l'ampleur du phénomène. Une journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes a été créée pour venir à bout de ce fléau. Voici les trois rendez-vous marquants en Bourgogne : 

  • Cluny : 270 jeunes vont réfléchir autour de sketches
A Cluny, 270 élèves de Seconde et Première du lycée la PRAT'S de Cluny vont assister à un spectacle de la comédienne Esta Webster. Plusieurs saynètes reprendront les stéréotypes et les violences dont sont victimes les femmes. La représentation sera suivie d'un débat avec la comédienne, la déléguée départementale aux droits des femmes et de l'égalité et une juriste.

  • Dijon : lâcher de ballons lumineux pour faire ouvrir les yeux sur ce fléau
Le ZONTA club de Dijon donne rendez-vous à 17h30 au square Darcy de Dijon à toutes celles et tous ceux qui « souhaitent ne pas détourner le regard de ce fléau ». L'association organise un lâcher de ballons lumineux pour symboliser cette volonté d'éveiller les consciences. Elle rappelle que les violences faites aux femmes touchent tous les pays et toutes les classes sociales. 

  • Nièvre : des films pour susciter le débat
Jusqu'au 10 décembre, l'Association Nivernaise d'Aide aux Victimes (Andavi) va sillonner des établissements scolaires du département pour permettre aux jeunes de débattre des violences faites aux femmes. Quoi de mieux que la fiction pour réfléchir à ce problème? Les débats seront précédés de la projection du film La journée de la jupe, téléfilm dans lequel Isabelle Adjani, jouant une professeur, démontre à ses élèves le machisme en vigueur en banlieue.

Le 2 décembre, à 20h30, au Cinémazarin de Nevers, le film Que justice soit nôtre sera projeté en avant-première en présence de son réalisateur Jean-Pierre Delépine. Ce long-métrage retrace le parcours de trois jeunes filles qui choisissent la manipulation mentale pour punir financièrement ceux qu’elles désignent comme coupable de provoquer le malheur des femmes. 

Sur le même sujet

Auxerre : la ville s’embellit pour les Rencontres Auxerroises du Développement Durable

Les + Lus