• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Grève à l'Etablissement Français du Sang : Les salariés craignent pour leur emploi

Devant l'EFS à Dijon, les salariés grévistes ont déployé des banderoles pour refuser l'externalisation de prélèvements / © FTV
Devant l'EFS à Dijon, les salariés grévistes ont déployé des banderoles pour refuser l'externalisation de prélèvements / © FTV

Mouvement social chez les salariés de l'Etablissement Français du Sang Bourgogne Franche-Comté ce mardi 27 janvier : les salariés protestent contre la perte du monopole qu'avait l'EFS, ils s'inquiètent également de l'élargissement de la concurrence au prélèvement. 

Par F.L.

Mouvement de grève, mais l'activité continue

Le mouvement est à l'initiative de Force Ouvrière, de la CFDT, de la CGT Santé et du SNTS CFE-CGC.
Malgré le mouvement de grève des personnels de l'EFS, les prélèvements sanguins se poursuivent, avec des personnels réquisitionnés.

Au départ du mouvement, une autorisation délivrée par le Conseil d'Etat

Le 23 juillet 2014, le Conseil d'Etat a rendu sa décision finale au sujet du plasma sanguin de type SD (Solvant détergent).
Une procédure opposait la France et la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE), initiée par un recours du groupe pharmaceutique suisse Octopharma.
Le Conseil d'Etat a considéré que le plasma SD, relevait du statut de médicament, et non de celui de PSL (produit sanguin labile).
Conséquence directe pour l'EFS : la perte du monopole sur les produits sanguins, sur la préparation, les prélèvements et toute la logistique associée, l'inquiétude de voir 600 à 1200 emplois disparaître dès 2016.

Un acteur privé dans la collecte de Plasma, la fin des principes éthiques ?

Hormis les conséquences sociales à l'EFS, les syndicalistes attirent l'attention sur la fin possible du don de sang anonyme et gratuit en France, et la marchandisation du plasma par des groupes pharmaceutiques collectant des prélèvements rémunérés.
Les principes éthiques existant depuis 1952 ne peuvent être remis en question, les salariés de l'EFS rappellent que "le sang et le plasma sont des produits humains, ils doivent rester hors commerce, hors profit"

Le reportage de Sylvain Bouillot et Daniel Waxin

Intervenants
  • Stéphanie Roy, Déléguée syndicale FO
  • Pascal Morel, directeur de l'EFS Bourgogne-Franche-Comté

Grève à l'EFS (v2)
Une intersyndicale composée de la CFDT FO CGT CFE-CGC a déposé un préavis de grève pour aujourd'hui afin de protester contre la fin du monopole de l'EFS (établissement français du sang) et ses répercussions en terme d'emploi. A Paris, un rassemblement a également eu lieu devant le ministère de la Santé où a été remis une pétition pour « obtenir des réponses et des engagements pour l'avenir de l'EFS et des emplois ». Le mouvement a été suivi à Dijon. Cette mobilisation fait suite à l'autorisation de commercialisation d'un type de plasma accordé par le conseil d'État à une société suisse en juillet 2014. Les syndicats et les salariés s'inquiètent plus globalement pour le modèle économique de l'EFS et l'élargissement de la concurrence au secteur du prélèvement.



Sur le même sujet

Dernier trajet X2800

Les + Lus