Cet article date de plus de 5 ans

Nucléaire : la CGT craint des restructurations sans précédent chez Areva

Le groupe nucléaire Areva a vu ses résultats baisser en 2014. Il s’apprête à annoncer "des restructurations sans précédent", indique la CGT. En Saône-et-Loire, le syndicat prévient qu’il "n’entend pas rester les bras croisés" et annonce des actions pour jeudi 12 février 2015.

© CHARLY TRIBALLEAU / AFP


Comment se porte le groupe Areva ?

Le groupe Areva affiche un chiffre d'affaires de 8,34 milliards d'euros pour 2014, soit une baisse de 8%.
Ces résultats en baisse sont dus à une diminution des ventes "dans une conjoncture de marché dégradée pour le secteur nucléaire", indique la direction.

"L'année 2014, et plus particulièrement le second semestre, a été éprouvante pour Areva.
Avec le nouveau conseil d'administration, nous travaillons à l'élaboration d'un plan de compétitivité et d'une feuille de route stratégique et financière", a prévenu le nouveau directeur général du groupe, Philippe Knoche, nommé début janvier. 
Pour amorcer son redressement, Areva va présenter ses nouvelles orientations stratégiques le 4 mars.

durée de la vidéo: 01 min 48
Nucléaire : la CGT craint des restructurations sans précédent chez Areva
Reportage : Romy Ho-A-Chuck et Cécile Clavaux / Montage : Pascal Rondi
Intervenants :

Pourquoi les salariés d’Areva sont-ils inquiets ?

Les nouvelles orientations vont avoir "un impact important, en premier lieu sur les sites Areva de Saône-et-Loire, mais plus largement sur l’ensemble des entreprises de la filière nucléaire (sous-traitants, fournisseurs...) avec des effets dévastateurs sur l’emploi et l’activité industrielle", indique la CGT.

En Bourgogne, le géant Areva possède plusieurs sites en Saône-et-Loire. Les syndicats CGT Areva de Saint-Marcel, Areva Chalon-sur-Saône et Areva Creusot Forge se sont réunis vendredi 6 février 2015 "pour réfléchir ensemble sur la situation".

"Le nucléaire n’est plus une priorité sur Creusot Forge", estime Jean-Luc Mercier, coordinateur CGT Areva-NP, Creusot-Forge.
"On développerait d’autres activités style aviation, et donc forcément se pose la question de notre devenir au sein du groupe Areva", dit-il.

Toutes les branches d’Areva ne sont pas touchées par la baisse d’activité. Ainsi, le groupe compte sur la concrétisation d'un carnet de commandes qui a atteint un niveau record dans les activités nucléaires. Le montant des commandes s'établit globalement à 46,9 milliards d'euros fin 2014, contre 41,4 milliards en 2013. 

Mais, à la CGT, on indique que le carnet de commande est assuré jusqu'en 2017. Qu'adviendra t-il après cette date, se demande Laurent Roussel, de la CGT Areva Saint-Marcel.
"De plus en plus, Areva cherche à faire fabriquer par la Chine des productions qui ne sont pas destinées uniquement aux marchés chinois et asiatique, mais pour d’autres types de marché", dit-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire social économie