Cartel du yaourt : 11 fabricants, dont Senoble, sont condamnés à des amendes de 192,7 millions d’euros

© supermarché AFP PHOTO PHILIPPE MERLE
© supermarché AFP PHOTO PHILIPPE MERLE

Le groupe familial Senoble, qui est basé dans l'Yonne, fait partie des onze fabricants de produits laitiers frais qui ont été condamnés à des amendes pour entente sur les prix et les appels d'offres sur les marques distributeurs. Senoble, qui devra s'acquitter de 46 millions, conteste la décision.

Par B.L. avec l'AFP


La nouvelle a été annoncée par l'autorité de la concurrence jeudi 12 mars 2015. L'amende la plus importante a été attribuée à Lactalis Nestlé avec 56,1 millions d'euros. Yoplait a lui été exempté d'amende pour avoir le premier dénoncé le cartel dans le cadre de la procédure de clémence.

Pourquoi le groupe Senoble a-t-il eu droit à une réduction de sa sanction?

Senoble aussi a, dans un deuxième temps et après des perquisitions menées en février 2012, apporté des preuves permettant de faire avancer l'enquête.
Il a ainsi le droit à une réduction de sa sanction et devra s'acquitter de 46 millions d'euros.

Le groupe a indiqué jeudi après-midi qu'il "contestera cette décision", estimant la sanction "disproportionnée, injuste et déconnectée de la réalité économique que subissent les industriels vendant à la grande distribution sous marques de distributeur". Il a alerté "sur les conséquences dramatiques (...) pour le groupe et ses salariés".

Le 20 octobre 2014 le groupe Senoble avait annoncé qu’il abandonnait la fabrication de yaourts et fromages frais. Le fabricant bourguignon de produits laitiers frais annonçait vouloir se recentrer sur l'international et les desserts haut de gamme.


"Cette décision reflète la poursuite de la stratégie du groupe de se désengager progressivement d'une activité déficitaire depuis 5 ans", expliquait alors Senoble.

Quel était le but du "cartel du yaourt"?

Le cartel a duré entre 2006 et 2012. Il portait principalement sur un accord visant à définir en commun les prix lors des appels d'offres lancés par des enseignes de distribution pour la production de leurs propres marques. Cette technique permettait aux sociétés en question de se partager le marché.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus