500 emplois menacés chez le transporteur Gefco

Le groupe Gefco étudie la suppression de 500 postes, soit plus de 10% de ses effectifs en France. 

Un transport de frêt GEFCO en gare de Montbéliard
Un transport de frêt GEFCO en gare de Montbéliard © maxppp
Gefco, qui compte plus de 4.000 salariés en France, est une ancienne filiale du groupe automobile PSA Peugeot Citroën. Fin 2012, PSA avait cédé 75% de ses parts aux chemins de fer russes (RZD) .

"Nous ne fermons aucune agence mais nous devons réduire nos coûts", a déclaré le président du directoire de Gefco, Luc Nadal, lors d'une conférence de presse, en évoquant la mauvaise passe que traverse actuellement le secteur français de la messagerie.

Ce plan social intervient de fait après la mise en liquidation d'une autre société de messagerie, MoryGlobal (ex-Mory Ducros), qui va entraîner dès la fin avril le
licenciement de 2.138 personnes.

Une mauvaise passe pour l'activité transports


"On s'y attendait depuis quelque temps parce que l'activité messagerie est en perte de profit", explique le secrétaire du comité central d'entreprise  de Gefco, Michel Le Breton. "Pour les salariés qui sont très attachés à la société, c'est dur", a-t-il ajouté.

Le groupe, dont plus de 70% de l'activité reste liée au secteur automobile, a subi le contrecoup des difficultés de PSA en Argentine et au Brésil, ainsi qu'en Russie où le marché automobile a implosé sous l'effet du conflit en Ukraine et des sanctions économiques qui en ont découlé.

48 agences en France 


"Les représentants du personnel vont demander le meilleur accompagnement possible, et que soient reclassés un maximum de salariés, les négociations sont en cours".

Un  CCE doit se réunir jeudi. FO a lancé un appel  à la grève vendredi dans les 48 agences touchées. En Franche-Comté, GEFCO est implanté à Bart, Etupes, Mandeure et Noidans-les-Vesoul. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie psa